Le campagnol est la bête noire des agriculteurs
Actualisé

Le campagnol est la bête noire des agriculteurs

SAIGNELEGIER (JU) – La lutte contre ce cousin de la taupe a réuni hier des paysans de la région.

Quand on roule le long des routes de l'arc jurassien on ne peut pas les manquer: des petits monticules terreux pullulent dans les pâturages comme des champignons. S'ils sont agréable au regard, ils sont un souci pour les agriculteurs. C'est la face visible de réseaux entiers de galeries que les campagnols ont creusés pendant l'hiver. Les vaches et les chevaux se nourissent de l'herbe de ces pâturages. Or, un champ infesté par les campagnols est un champ fichu.

Bernard Beuret est spécialiste de la question pour le Jura. Il raconte l'histoire de ce propriétaire bovin et chevalin. Les campagnols ont ravagé 13 hectares de ses terres. En tout et pour tout, de la remise en état du terrain à l'achat de fourrage, le malheureux en a eu pour 50 000 fr. de frais.

La Fédération rurale interjurassienne a procédé à plusieurs études et analyses regardant le problème dans sa globalité. Les résultats permettent de constater que les campagnols préfèrent les pâturages boisés. Ils s'installent surtout dans les champs dans lesquels la culture est toujours la même. Surtout, les campagnols pullulent selon des cycles. Il y a donc un moment bien précis ou il faut traiter son champ et installer des pièges. «Après, c'est trop tard, le mal est fait», note Bernard Beuret. La lutte préventive contre le rongeur coûte environ 30 fr. par hectare. Il vaut mieux donc s'armer de pièges à campagnols et le traquer dès les premières traces.

Nando Luginbuhl

Ton opinion