Conflit au Moyen-Orient: Le Canada cessera ses frappes le 22 février
Actualisé

Conflit au Moyen-OrientLe Canada cessera ses frappes le 22 février

Ottawa a communiqué la date de la fin des opérations aériennes en Irak et en Syrie.

La fin des raids aériens était l'une des promesses de campagne du premier ministre récemment élu, Justin Trudeau.

La fin des raids aériens était l'une des promesses de campagne du premier ministre récemment élu, Justin Trudeau.

photo: Reuters/Archives

Le Canada va mettre fin à ses frappes aériennes contre les positions du groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie le 22 février, a annoncé lundi le gouvernement du Premier ministre Justin Trudeau.

Justin Trudeau avait promis en campagne électorale de retirer les six chasseurs F18 canadiens, engagés avec la coalition internationale. Le Canada va tripler le nombre de ses forces spéciales à 210 membres dans le nord de l'Irak et allouer une aide totale de 1,6 milliard de dollars canadiens sur trois ans, a annoncé le gouvernement.

Deux avions de surveillance et un autre de ravitaillement qui accompagnaient les F18 canadiens poursuivront leur mission auprès des pays alliés du Canada au sein de la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, a indiqué Harjit Sajjan, ministre de la Défense.

Stratégie contre le groupe EI

«A l'automne dernier nous avons reçu un mandat du peuple canadien pour mettre en oeuvre une politique plus efficace et mieux à même de capitaliser sur nos champs d'expertise», a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau en dévoilant la nouvelle stratégie qui «a fait l'objet de vastes consultations auprès des alliés du Canada».

«Le Canada a toujours été prêt à se battre lorsqu'il était dans l'intérêt du pays de le faire», a-t-il dit. «Dans ce cas, nous avons particulièrement intérêt à aider les forces locales à combattre le soi-disant Etat islamique et à stabiliser la région», a-t-il ajouté.

«Les populations terrorisées quotidiennement par l'EI n'ont pas besoin de notre vengeance, ils ont besoin de notre aide», a dit Justin Trudeau.

«Nous savons que le Canada est plus fort, bien plus fort, que la menace représentée par une bande de voyous meurtriers qui terrorise les personnes les plus vulnérables sur terre».

Selon un récent sondage, 29% des Canadiens étaient favorables à la poursuite des frappes canadiennes commencées en Irak en octobre 2014 et étendues à la Syrie en avril 2015. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion