Fort McMurray: Le Canada devra faire sans les renforts sud-africains
Actualisé

Fort McMurrayLe Canada devra faire sans les renforts sud-africains

Ils devaient prêter main forte à leurs collègues canadiens mais n'ont pas accepté d'être moins bien payés. Zuma a dû s'en mêler.

1 / 78
Le brasier a dévoré pendant deux mois près de 600'000 hectares de forêt et jeté sur les routes près de 100'000 personnes. (Lundi 1 mai 2017)

Le brasier a dévoré pendant deux mois près de 600'000 hectares de forêt et jeté sur les routes près de 100'000 personnes. (Lundi 1 mai 2017)

Keystone
Les feux de forêt qui ont ravagé Fort McMurray ont généré des dommages évalués à 3,58 milliards de dollars canadiens (2,49 milliards d'euros). (Jeudi 7 juillet 2016)

Les feux de forêt qui ont ravagé Fort McMurray ont généré des dommages évalués à 3,58 milliards de dollars canadiens (2,49 milliards d'euros). (Jeudi 7 juillet 2016)

Keystone
Les pompiers sud-africains, envoyés à Fort McMurray en renfort, se sont mis en grève après avoir découvert qu'ils étaient moins bien payés que leur collègues canadiens. Le président sud-africain a dû se mêler de l'affaire.

Les pompiers sud-africains, envoyés à Fort McMurray en renfort, se sont mis en grève après avoir découvert qu'ils étaient moins bien payés que leur collègues canadiens. Le président sud-africain a dû se mêler de l'affaire.

Reuters

Le président sud-africain Jacob Zuma est intervenu samedi pour tenter de résoudre une querelle salariale qui a conduit 300 pompiers sud-africains envoyés en renfort contre les feux de forêt au Canada à se mettre en grève.

Ces pompiers, envoyés il y a deux semaines à la demande du Canada pour lutter contre le gigantesque feu de forêt dans la région pétrolière de Fort McMurray, ont cessé le travail cette semaine après avoir découvert qu'ils étaient moins payés que leurs collègues canadiens.

Le président Zuma a demandé à son ministre de l'Environnement Edna Molewa «d'intervenir pour résoudre le problème», selon un communiqué de la présidence.

De son côté le Canada a souhaité que les pompiers sud-africains, qui étaient censés rester un mois, soient rapatriés dès à présent. «Le gouvernement canadien nous a demandé de les faire quitter le Canada dès que possible», a déclaré à l'agence de presse sud-africaine News24 Johan Heine, dirigeant du projet Working on Fire. C'est cette structure, financée par le gouvernement sud-africain, qui avait fait venir les pompiers en renfort au Canada.

Mais les pompiers veulent que leur revendication d'égalité salariale soit satisfaite avant de quitter le Canada, selon Johan Heine.

Environ 1700 pompiers luttent encore contre le gigantesque incendie qui fait rage depuis début mai dans la région et qui a contraint 100'000 habitants à évacuer leurs foyers. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion