Actualisé 13.04.2006 à 11:08

Le cancer du sein tue moins les riches

Une femme pauvre connaît un risque de mortalité de 70% si elle est atteinte d'un cancer du sein, soit deux fois et demi plus élevé que pour une femme d'une classe supérieure.

L'inégalité est proche de celle observée aux Etats-Unis entre populations blanche et noire. A Genève, la mortalité est 2,43 fois plus élevée dans les couches sociales défavorisées, contre un facteur de 1,25 à 1,5 en Europe. Deux chercheurs ont publié une étude sur la mortalité du cancer du sein, évoquée hier par le quotidien Le Temps.

Si ce cancer touche d'abord les privilégiées, il tue deux fois et demi plus quand c'est une femme pauvre. Parmi les explications figure notamment le cas de mères – ne disposant pas de solution de garde pour leurs enfants – qui retardent le début du traitement médical ou qui y renoncent.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!