Genève: Le Canton a validé l'année scolaire 2019-2020

Actualisé

GenèveLe Canton a validé l'année scolaire 2019-2020

Seuls les résultats obtenus avant le 13 mars seront pris en compte. Les possibilités de dérogation seront un peu élargies.

par
jef
Anne Emery-Torracinta, conseillère d'Etat genevoise chargée du Département de l'instruction publique.

Anne Emery-Torracinta, conseillère d'Etat genevoise chargée du Département de l'instruction publique.

Keystone/Martial Trezzini

L'année scolaire 2019-2020 a été validée par le Conseil d'Etat. Ce dernier a adopté ce lundi un arrêté en ce sens. La conseillère d'Etat Anne Emery-Torracinta a indiqué que «l'objectif de ne pas prétériter les élèves» a guidé la réflexion du gouvernement, qui a retenu deux grands principes: quel que soit le degré, les décisions de promotion se prendront sur la base des résultats obtenus avant le 13 mars, c'est-à-dire en classe; et les possibilités d'obtenir des dérogations seront un peu élargies.

Ainsi, pour l'école primaire et le cycle d'orientation, ce seront les deux premiers trimestres qui feront foi, vu qu'ils s'achevaient le 13 mars. Pour le secondaire II, qui est organisé en semestres, l'année sera validée sur la base du premier. «On pourra éventuellement tenir compte des résultats obtenus au début du deuxième semestre, mais uniquement s'ils sont favorables à l'élève», a précisé Anne Emery-Torracinta.

Dérogations: deux dixièmes de marge

Concernant les dérogations, une marge de deux dixièmes sera accordée. Par exemple, là où 14 points sur trois branches sont normalement exigés, un total de 13,8 points suffira. Concernant l'entrée au cycle d'orientation et ses trois années, les dérogations sont introduites, alors qu'elles n'existaient pas: l'élève était orienté dans un des trois niveaux disponibles en fonction de ses résultats. Là, une marge de manœuvre de deux dixièmes existera donc. D'une manière générale, la conseillère d'Etat a rappelé que les critères, pour accorder une dérogation, resteraient les mêmes qu'en temps normal: le pronostic de réussite et l'assiduité, notamment durant les enseignements à distance.

Concernant les modalités de passage des maturités et des certificats fédéraux de capacité, qui dépendent de la Confédération, «c'est encore l'incertitude», a indiqué l'élue. Elle a rappelé que le Conseil fédéral tranchera début mai et répété que les examens ne porteront, quoi qu'il arrive, que sur les contenus enseignés avant le 13 mars.

Ton opinion