Actualisé 17.03.2016 à 15:20

FribourgLe canton affine sa gestion des castors

Le Grand Conseil a accepté jeudi un mandat pour définir les différentes zones selon l'importance des dégâts causés par l'animal.

Le castor est désormais protégé en Suisse.

Le castor est désormais protégé en Suisse.

photo: Keystone/Archives

Le canton de Fribourg affine sa gestion du castor. Il définira différentes zones selon l'importance des dégâts causés par l'animal, pour pouvoir mener des actions de prévention plus facilement. Mais il ne passera pas à la caisse pour les dommages aux infrastructures.

Le Grand Conseil a accepté jeudi un mandat en ce sens par 77 voix contre une seule opposition. Le Conseil d'Etat soutenait cette proposition émanant de plusieurs députés.

Après avoir été exterminé, le castor a été réintroduit en Suisse, et il est désormais protégé. Comme dans d'autres régions, leur nombre progresse dans le canton de Fribourg: 150 individus y sont recensés, sur un total de 2000 pour tout le territoire helvétique.

L'animal suscite la sympathie de la population, et ses habitudes de vie ont des aspects positifs sur l'environnement. Mais les terriers qu'il creuse et les barrages qu'il construit peuvent menacer les routes le long des berges ou provoquer des inondations.

Inspiration bernoise

Il y a déjà un Concept Castor fribourgeois pour concilier la présence du castor avec les activités humaines et la conservation des infrastructures. Mais certains - notamment paysans et communes - trouvent qu'il fait la part trop belle au rongeur.

L'adaptation décidée jeudi consiste à déterminer des zones où des mesures de prévention - démonter des barrages de castors par exemple - doivent pouvoir se réaliser plus facilement. Le Conseil d'Etat s'inspirera du concept du canton de Berne, qui prévoit des zones vertes, oranges et rouges en fonction du potentiel de conflit, et des mesures d'interventions différentes selon la zone.

Pas d'indemnisation

Le Grand Conseil a en revanche refusé que le canton s'engage à payer la moitié des dommages causés par les castors aux infrastructures. Il a rejeté cette partie du mandat par 56 voix contre 23 (issues de l'UDC), avec une abstention.

Pour mémoire, les dégâts causés par les castors aux cultures et aux arbres sont remboursés par la Confédération et les cantons aux propriétaires concernés. Mais ce n'est pas le cas des dommages causés aux infrastructures. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!