Lausanne: Le canton confirme vouloir développer le métro

Actualisé

LausanneLe canton confirme vouloir développer le métro

En réponse à un postulat, le gouvernement vaudois confirme jeudi sa volonté de développer le métro M2 dont le succès ne se dément pas. Un ensemble de mesures pourvues d'un calendrier sont prévues.

A la mise en service du M2 en automne 2008, la capacité de la ligne était environ de 3700 personnes par heure et par direction avec une cadence de 3 min 15 sec entre la gare CFF et la Sallaz. Une rame pouvait accueillir 200 voyageurs.

Face au succès rencontré par le M2, les Transports publics lausannois (tl) ont identifié quatre groupes de mesures qui permettront de porter la capacité à 7000 personnes par heure et par direction, soit une augmentation de 90%. La réflexion porte sur l'évolution pronostiquée à l'horizon 2025-2030.

Quatre groupes de mesures

En premier lieu, la capacité unitaire des rames va passer à 233 passagers, les travaux ayant déjà commencé. Les zones d'entrée sont agrandies, des sièges fixes sont supprimés et des sièges relevables installés.

Deuxièmement, le mode d'exploitation sera amélioré. Pour assurer la stabilité de l'horaire, il faudra faire circuler tous les trains jusqu'aux Croisettes et renoncer à arrêter à la Sallaz les trains du «carrousel» Gare CFF - La Sallaz. Cela permet d'assurer la régularité des cadences en régulant la ligne à partir de la gare. Mise en oeuvre prévue sur la période 2014-2017.

Trois à quatre rames

Troisièmement, la vitesse commerciale sera améliorée. Le temps de parcours entre Epalinges et Ouchy doit être ramené de 20 min et 30 secondes à 19 minutes. Avec ce temps raccourci, il faut en tout 18 à 19 rames, alors que le M2 n'en a que 15, d'où l'achat nécessaire de 3 à 4 rames.

Les trois premiers trains de mesures sont chiffrés entre 18 et 28 millions de francs. L'achat du matériel roulant coûterait de 36 à 50 millions de francs. L'investissement pour le matériel serait financé par une garantie d'emprunt de l'Etat accordée par décret du Grand Conseil.

Fréquences à 90 secondes

Dans sa réponse, le Conseil d'Etat va encore plus loin. Tenant compte du projet Léman 30, des nouvelles analyses liées au PALM et des projets de densification, il devrait se révéler nécessaire d'augmenter la capacité du M2 au-delà de 7000 voyageurs par heure et par direction, avec un abaissement de fréquence à 80 ou 90 secondes. On arriverait ainsi à 10'500 personnes par heure et par direction.

Pour parvenir à ces performances, des investissements importants seraient cependant indispensables. L'achat de matériel roulant, des travaux majeurs à la station CFF, pour n'en mentionner que deux.

Pas rentable pour l'heure

Concernant enfin un hypothétique prolongement du M2 entre les Croisettes et le Chalet-à-Gobet (3,7 km estimés à 450 millions), le gouvernement le considère «peu vraisemblable» dans un avenir prévisible. Le Conseil d'Etat veillera toutefois, en collaboration avec Epalinges et les tl, à éviter que de nouvelles constructions empêchent ou rendent plus onéreuses la réalisation du tronçon en amont des Croisettes. (ats)

Ton opinion