Guerre en Ukraine: Le canton de Berne ne sait pas où se trouve un réfugié sur trois

Publié

Guerre en UkraineLe canton de Berne ne sait pas où se trouve un réfugié sur trois

Les autorités bernoises ne savent pas où se trouvent 338 réfugiés qui ont été enregistrés dans le canton.

Les réfugiés sont libres de se déplacer dans l’espace Schengen (photo d’illustration).

Les réfugiés sont libres de se déplacer dans l’espace Schengen (photo d’illustration).

AFP

Depuis quelques semaines, le canton de Berne fait un point de situation sur les réfugiés ukrainiens présents sur son sol. Pour ce faire, les familles d’accueil sont contactées et doivent répondre à quelques questions comme: les réfugiés vivent-ils toujours avec leurs hôtes? Sont-ils toujours dans le canton de Berne? Les familles d’accueil ou les personnes ayant fui la guerre ont-elles des préoccupations particulières?

L’objectif était aussi d’avoir une vue d’ensemble d’où se trouvent les 1000 réfugiés ukrainiens. Les informations récoltées montrent que la moitié d’entre eux vivent toujours avec leurs familles d’accueil et que 15% ont déménagé dans leur propre logement. Quant aux 350 personnes restantes, les autorités bernoises savent seulement que douze d’entre elles sont parties dans un autre canton, révèle la «Schweiz am Wochenende». Autrement dit, la situation d’un réfugié sur trois n’est pas connue.

Une situation qui n’inquiète pas Gundekar Giebel, porte-parole de la Direction de la santé, des affaires sociales et de l’intégration – l’organisme responsable des réfugiés dans le canton de Berne. Il rappelle dans le journal suisse alémanique que non seulement les réfugiés peuvent se déplacer librement dans l’espace Schengen mais que les familles d’accueil peuvent aussi rompre leur engagement. De plus, il n’est pas rare que les réfugiés changent de lieu de résidence, sans se désinscrire du précédent endroit.

Voyage prolongé en Ukraine

Au début du mois de juin, le Secrétariat d’État aux Migrations (SEM) a décidé – après avoir consulté les cantons et les villes – d’une nouvelle réglementation concernant les voyages dans le pays d’origine des personnes ayant un statut de protection S. Ce statut peut désormais être révoqué si les réfugiés ont effectué un voyage de plus de quinze jours (par trimestre) en Ukraine. À moins que ces derniers ne prouvent qu’ils y étaient pour préparer leur retour définitif ou pour d’autres raisons impérieuses; par exemple pour rendre visite à un parent proche gravement malade.

(aze)

Ton opinion

140 commentaires