Prêtres pédophiles en Suisse: Le canton de Glaris sous la loupe
Actualisé

Prêtres pédophiles en SuisseLe canton de Glaris sous la loupe

Les abus sexuels sur des enfants au sein de l'Eglise catholique préoccupent désormais aussi le canton de Glaris.

Entre la fin des années 70 et le début des années 80, des élèves de l'école du monastère de Mariaburg, à Näfels, en auraient été victimes.

Le porte-parole de l'évêché de Coire, Christoph Casetti, a indiqué mardi à l'ATS qu'il a été informé de ces cas. Il confirmait une information révélée par l'édition glaronaise de la «Südostschweiz».

«L'école du monastère de Näfels n'existe plus», a précisé Christoph Casetti. L'ancien monastère de capucins a entretemps été repris par des franciscains. L'évêché de Coire entend désormais se faire une idée globale de ces cas d'abus sexuels et «placer les victimes au coeur» de leur travail.

Dans un communiqué, l'ordre des capucins a témoigné de sa volonté de faire la lumière sur cette affaire, «même si les enseignants incriminés sont décédés» entretemps. «Nous demandons pardon aux victimes pour les blessures et l'injustice qu'elles ont subies». Et d'inviter ces personnes à prendre contact avec les capucins ou avec un service indépendant de conseil aux victimes.

Cas schwyzois: Grab ne se souvient pas

Dans une autre affaire, l'évêché de Coire affirme ne pas avoir été informé des abus sexuels perpétrés par un prêtre schwyzois sur des enfants dans les années 80 à Birnau (Allemagne) et à Mehrerau (Autriche). Ce dernier a passé aux aveux la semaine dernière. De retour en Suisse en 1992, il avait été engagé comme administrateur paroissial à Schübelbach (SZ), dans le diocèse de Coire.

Le monastère de Mehrerau a indiqué lundi soir à l'émission «10vor10» de la télévision alémanique SF qu'un ancien abbé avait averti en 2006 Amédée Grab, alors évêque de Coire, des antécédents du prêtre schwyzois. «Je ne me souviens absolument pas d'une telle information», a répliqué mardi Amédée Grab auprès de l'ATS.

Christoph Casetti a lui répété que l'évêché n'était au courant de rien au moment de l'engagement. «Rien de tel ne figurait dans son dossier personnel.»

Vendredi, l'évêché de Bâle, où le prêtre schwyzois a exercé durant 16 ans entre 1971 et 1987, a indiqué que ses responsables de l'époque connaissaient les antécédants de cet homme. Il a été engagé sous condition d'un traitement médical et qu'un abbé lui serve de «père spirituel». La direction de l'évêché parle aujourd'hui d'une «erreur d'appréciation indéfendable».

Curé d'Aadorf toujours en prison

Dans le canton de Thurgovie, le curé d'Aadorf accusé d'abus sexuels sur des mineurs se trouve toujours en détention préventive. Son cas avait été révélé lundi. Une enquête pénale a été ouverte contre lui pour atteinte à l'intégrité sexuelle, a précisé René Ambord, chef de la police criminelle thurgovienne.

(ats)

Ton opinion