Jeunes en difficultés: Le canton de Vaud augmente les aides financières
Actualisé

Jeunes en difficultésLe canton de Vaud augmente les aides financières

Sortir les jeunes du revenu d'insertion (RI) grâce à des bourses revues à la hausse et favoriser leur formation professionnelle: le canton de Vaud propose d'octroyer 11,4 millions de francs supplémentaires à quelque 1300 familles dès 2010.

«Un beau programme, ambitieux» qui est une des priorités de la législature, a souligné lundi le conseiller d'Etat Pierre-Yves Maillard. Le chef du Département de la santé et de l'action sociale présentait avec trois de ses collègues le texte qui sera soumis sous peu au Grand Conseil.

Sortir de l'aide sociale

Pour le gouvernement, il faut tout entreprendre pour que les jeunes sortent de l'aide sociale et «mettent le pied à l'étrier» le plus vite possible. Tout le monde en bénéficiera, les jeunes comme la collectivité publique en général, autant du point de vue financier qu'humain.

Lancée en 2006, l'expérience FORJAD (programme d'insertion des jeunes adultes) a donné «des résultats extrêmement encourageants», selon Pierre-Yves Maillard. Près de 400 jeunes sont inscrits dans ce programme, avec un taux de réussite moyen de 70 % pour les deux premières volées.

Monter en puissance

«Nous proposons de faire de ce projet le standard», a poursuivi le conseiller d'Etat, «de le généraliser et de monter en puissance». Pour y parvenir, le gouvernement veut mieux doter les bourses et éviter qu'un jeune en apprentissage soit moins bien soutenu que s'il reste à l'aide sociale.

L'harmonisation des normes devrait permettre une hausse des revenus des familles ayant un jeune en formation de près de 6000 francs par année. L'opération financière sera neutre pour les communes grâce à une nouvelle répartition des charges couvertes par la facture sociale.

Offensif et volontariste

Avec l'irruption de la crise économique, il faut être «offensif et volontariste», a lancé Pierre-Yves Maillard. Une telle démarche est «d'autant plus nécessaire en cette période», a renchéri Jean- Claude Mermoud, chef du Département de l'économie, qui craint une rentrée 2009 «un peu moins bien» en matière de places d'apprentissage.

Plus de 2000 jeunes adultes âgés de 18 à 25 ans sont inscrits auprès d'un Centre social régional (CSR). Environ 70 % d'entre eux ne disposent pas d'une formation professionnelle accomplie. «Une réalité sociale inquiétante», relève le canton. Il rappelle qu'une personne seule au RI coûte en moyenne 25 000 francs par an.

(ats)

Ton opinion