10.11.2020 à 07:59

CommerceLe canton de Vaud interdit les pharmacies «in-shop»

La tendance à intégrer des pharmacies au milieu des commerces, née en Suisse alémanique, ne prendra pas dans le canton de Vaud, qui a adapté son règlement pour l’interdire.

par
Pauline Rumpf
La future pharmacie Zur Rose est toujours en travaux, au cœur du magasin Migros de Crissier. Elle devrait toutefois échapper à l’interdiction en raison d’un accès direct depuis l’extérieur.

La future pharmacie Zur Rose est toujours en travaux, au cœur du magasin Migros de Crissier. Elle devrait toutefois échapper à l’interdiction en raison d’un accès direct depuis l’extérieur.

DR

Les pharmacies sont en pleine révolution depuis des années en Suisse. Alors que certaines deviennent presque des centres médicaux de premiers recours, d’autres se diversifient vers des articles moins liés à la santé, d’autres encore se fondent dans de grands groupes pour survivre, et le modèle à l’ancienne se raréfie. Une pratique émergente en Suisse allemande a toutefois été trop loin au goût du canton de Vaud, qui a modifié fin octobre sa réglementation pour l’arrêter: celle des pharmacies «in-shop».

Aujourd’hui surtout développé par le groupe Zur Rose, partenaire de Migros, ce modèle insère la pharmacie au cœur d’un commerce. Cet îlot indépendant dispose de sa propre caisse et de son propre personnel, mais il est inatteignable sans traverser le magasin. On en trouve des exemples à Bâle, à Berne et à Zurich notamment. Une enseigne doit ouvrir d’ici à la fin du mois dans le centre commercial de Crissier.

Éviter le mélange des genres

Toutefois, avec le nouveau règlement vaudois, les pharmacies devront obligatoirement disposer d’accès au public ouvert sur une rue ou une galerie marchande, dans un souci de différencier clairement les activités commerciales des activités de santé. «Le local de la pharmacie et les activités qui s’y déroulent doivent être clairement séparés de tout autre commerce, détaille le règlement. Sont notamment interdits les échanges de données, l’encaissement commun et les accords liés au chiffre d’affaires.»

Outre les questions de mélange des genres, une pharmacie doit pouvoir être intégrée si besoin à un tournus de garde de nuit et du dimanche, ce qui serait rendu compliqué s’il fallait traverser un magasin fermé pour y accéder, indique la pharmacienne cantonale Marie-Christine Grouzmann. La pharmacie Zur Rose de Crissier pourra toutefois ouvrir comme prévu, puisqu’elle dispose d’une porte d’accès depuis l’extérieur du centre commercial Migros. «La clientèle passera par une porte automatique vitrée, qui distinguera les espaces de vente», ajoute le service de presse du géant orange.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
311 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Seba

11.11.2020 à 09:43

Bravo pour la décision. C'est penser aussi aux personnes âgées qui auront toujours moins de pharmacies à proximité à mesure qu'on prétend réduire les coûts et qu'on ne fait que profiter aux caisses et aux groupes financiers, comme Zur Rose.

Feuille de chou

11.11.2020 à 06:25

Chère autorités vaudoise, il y a plus des pharmacie à l'ancienne voyons...il y a des groupes qui vendent des médicaments à de prix de malades surtaxés...mais comme nos autorités fédérale et cantonales sont incapable de réagir...ben ça risque de pas changer. Continuez à brouter de l'herbe comme des vaches paisiblement dans vos règlements digne d'une feuille de choux...pendant que nos les citoyens penant à survivre face à des prix surfait des médicaments et des primes d'assurance maladies criminels. Dans le "mélange des genres " vos êtes pas mal non plus ( intérêt privés, lobbies).Bonne journée à tout le monde.

pseudo

10.11.2020 à 11:48

En ce cas, que les pharmacies cessent de vendre des produits de beauté, parfums, peluches pour bébés, biberons, tétines, etc.