Coronavirus – Vaud impose le retour du masque à l’école, le Valais se prépare
Publié

CoronavirusVaud impose le retour du masque à l’école, le Valais se prépare

Face à un début de cinquième vague, le Conseil d’État reste confiant, tablant sur une bonne couverture vaccinale et immunitaire dans la population. Des mesures à venir ne sont toutefois pas exclues selon l’évolution des cas et des hospitalisations.

par
Pauline Rumpf
Les autorités vaudoises ont fait un point de la situation sanitaire jeudi matin.

Les autorités vaudoises ont fait un point de la situation sanitaire jeudi matin.

rmf

Le canton de Vaud, comme le reste de la Suisse, est au début d’une cinquième vague: c’est le constat tiré par son gouvernement, qui présentait jeudi matin un point de situation sanitaire et les mesures qui l’accompagnent. Avec environ 300 nouveaux cas par jour, le contact tracing devient plus difficile, et les contaminations pourraient aller jusqu’à tripler dans les semaines à venir, estime le médecin cantonal.

Canton de Vaud

Toutefois, «la situation est sans commune mesure avec celle de l’an dernier», a rappelé la ministre de la Santé Rebecca Ruiz, avec une couverture vaccinale de 82% de la population éligible, à laquelle s’ajoutent les personnes immunisées naturellement. Le système de santé est donc moins sous pression pour l’instant, même si «le personnel médical est épuisé, et nous voulons à tout prix éviter qu’il doive procéder à un tri des patients ou à nouveau repousser des opérations planifiées», ajoute-t-elle.

Actuellement, le taux de lits vides est faible en raison d’une occupation par des patients «non-Covid», mais la situation n’est pas encore préoccupante, indique le médecin cantonal Karim Boubaker. Le système de coopération entre les hôpitaux fonctionne, ajoute Rebecca Ruiz. À noter que la proportion de «patients Covid» non vaccinés est de 84% aux soins intensifs et 75% aux soins aigus.

Canton de Vaud

Pas de mesures-chocs, donc, mais un encouragement aux personnes de plus de 65 ans à se faire administrer une troisième dose; depuis l’introduction de cette possibilité, 36% d’entre elles se sont déjà inscrites pour la recevoir, ou l’ont déjà reçue. Le personnel de santé actif dans des secteurs exposés y aura également droit dès lundi. Actuellement, les temps d’attente sont relativement longs dans certaines régions, notamment l’Est vaudois; le dispositif est en train d’être renforcé, notamment auprès des pharmacies, mais aucun nouveau centre de vaccination n’est prévu. Les conseillères d’État présentes ont par ailleurs remis une couche sur l’application des gestes barrières, l’aération des pièces et le maintien des distances.

«L’école doit faire sa part»

Les écoliers devront toutefois remettre le masque dans les classes du secondaire 1 (9-11e année), y compris lors des cours de sport et de musique, et ce jusqu’aux vacances de Noël. Les enseignants de la 1re à la 8e sont encouragés à le porter en classe. «Ces mesures ne sont pas prises de gaîté de cœur, mais l’école doit faire sa part tout en respectant sa mission pédagogique», a expliqué la conseillère d’État Cesla Amarelle. Les quarantaines et les fermetures de classes ne sont plus envisagées depuis le 1er octobre, a-t-elle précisé, mais des enquêtes d’entourage et un testing ciblé sont effectués dès lors que deux cas positifs apparaissent en cinq jours.

Les contrôles seront renforcés partout où le pass sanitaire doit être demandé, notamment les restaurants, boîtes de nuit, manifestations et fitness. En cas d’infraction, un avertissement sera prononcé, et une récidive peut aboutir à une fermeture et à une dénonciation pénale. Depuis le 1er juillet, le canton signale 129 avertissements auprès d’établissements publics, soit 3% des contrôles, et 15 auprès de manifestations. Concernant le port du masque dans les lieux où il n’est pas obligatoire, notamment les marchés de Noël, où l’affluence est potentiellement très dense, bien que situés en extérieur, «chaque personne qui perçoit un risque doit faire appel à son bon sens», indique la conseillère d’État Béatrice Métraux.

Tout le monde temporise

Le Conseil fédéral n’a pas pris de nouvelles mesures mercredi, à quelques jours des votations, tirant pourtant un portrait inquiétant de la situation. Les cantons restent donc maîtres de la gestion de la crise pour le moment, même s’«il serait bienvenu qu’il prenne la main pour éviter la cacophonie au cas où la situation s’aggraverait», estime la ministre de la Santé Rebecca Ruiz. Le plan vaudois a été discuté avec celui de Genève, qui attendait mercredi d’éventuelles mesures fédérales; le Conseil d’État s’exprimera à nouveau ce jeudi à 17 h.

Tour de vis en Valais

Le Valais annonce aussi le début d’une nouvelle vague de coronavirus. À la suite de Genève ou Vaud, qui le pratiquent ainsi depuis déjà des mois, le canton a rendu obligatoire le certificat Covid pour rendre visite à des patients en hôpital, clinique, EMS et autres institutions sociales. Des tests hebdomadaires seront réintroduits dans les classes du secondaire 1.

Le gouvernement estime par ailleurs insuffisante la couverture vaccinale cantonale, qui atteint 67% de la population ayant reçu au moins une dose; chez les plus de 16 ans, cela représente 78% d’entre eux. Pour se préparer à une situation plus tendue, le canton indique qu’il prépare une éventuelle adaptation du système de santé, soit la limitation, voire la suspension des examens et traitements non urgents.

Ton opinion

484 commentaires