Actualisé 28.01.2009 à 18:58

Décision du parlement

Le canton du Jura interdit les sacs en plastique

Le canton du Jura va interdire la distribution de sacs en plastique.

De loin le plus employé de l'immense famille des plastiques, le polyéthylène sert généralement à confectionner des emballages, notamment des sachets ou des sacs.

Facile et bon marché à produire, inerte, aisé à manier et résistant au froid, le polyéthylène (PE) des sacs de supermarché finit le plus souvent dans les poubelles et les fours d'incinération; il n'est pas recyclé comme son cousin PET. Laissé dans la nature, le PE ne se dégrade que sous forme de minuscules morceaux mais ne disparaît pas. C'est pourquoi il est très mal vu des défenseurs de l'environnement qui veulent sa suppression ou, tout au moins, son remplacement par un matériau biodégradable.

Mercredi, le Parlement jurassien, discutant une motion du socialiste délémontain Michel Thentz, ingénieur horticole et membre de la Commission de l'environnement, a suivi les pourfendeurs du PE et condamné par 39 voix contre 10 la distribution de sacs en plastique dans le Jura. Le Jura devrait ainsi être le premier canton suisse à faire une croix sur ces sacs.

En vain, le ministre de l'environnement, Laurent Schaffter, a plaidé pour une mesure à l'échelon national, estimant qu'une interdiction est pratiquement irréalisable dans le seul canton du Jura. Pour défendre sa motion, le député socialiste a notamment fait valoir que la durée de vie d'un sac en plastique n'excède pas quelques dizaines de minutes et qu'il s'agissait surtout de donner un signal. Les députés radicaux et quelques PDC seulement ont suivi le ministre.

Selon le l'Office jurassien de l'environnement, le gouvernement a maintenant deux ans pour donner suite à la motion dans les deux ans. Il examinera les possibilités pratiques d'application, soulignant qu'il souhaiteraient une solution nationale.

A l'échelon fédéral

A l'échelon fédéral, le Conseil fédéral s'est opposé en novembre dernier à une interdiction des sacs en plastique en Suisse, qu'il juge disproportionnée. Il a recommandé de rejeter une motion du conseiller national Dominique de Buman (PDC/FR) en ce sens.

Pour les motionnaires, la Suisse doit suivre la voie tracée par des pays comme la France ou la Chine en interdisant les sacs en plastique non réutilisables ou non recyclables.

En Suisse, près de 3000 tonnes de sacs en plastique sont utilisées pour le transport ou l'emballage de produits alimentaires, relevait le Conseil fédéral. En général, ils sont recyclables et utilisables plusieurs fois. Par ailleurs, l'élimination publique des déchets est fiable et répond à des normes technologiques avancées. L'élimination sauvage de déchets reste l'exception. En conséquence, aucune raison écologique justifie une mesure aussi stricte qu'une interdiction.

Les sacs en plastique correspondent à environ 0,3% des quelque 850'000 tonnes de matière synthétiques consommées en Suisse chaque année. Par rapport aux mesures qui peuvent être prises en matière d'isolation des bâtiments et d'utilisation d'énergies renouvelables, une interdiction des sacs en plastique paraît disproportionnée, selon le Conseil fédéral, pour ce qui est de la consommation de matière et de l'utilisation de l'énergie. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!