Absurdes: Le Canton est une piètre gérance immobilière
Actualisé

AbsurdesLe Canton est une piètre gérance immobilière

La Cour des comptes épingle l'Etat de Genève pour la gestion de son parc immobilier. L'ardoise se chiffre en millions.

par
Renaud Bournoud

Le Canton est une piètre gérance immobilière. Voilà ce qui ressort de l'audit que la Cour des comptes a mené sur la gestion de locaux administratifs, présenté ce jeudi. Le montant des loyers payés par l'Etat est passé de 21 millions de francs en 2002 à 49 millions en 2007, alors que le nombre d'employés est resté stable. «Ce constat nous a poussés à investiguer», a indiqué Antoinette Stalder, la présidente.

La liste de griefs est longue comme le bras: «aucune politique de gestion des locaux», «pas de recensement», «manque de contrôle interne», «mauvaise communication entre les services», «aucune vision d'avenir», etc.

Le manque de planification s'illustre au travers des bâtiments scolaires. L'Etat loue à titre transitoire des pavillons scolaires 5 millions de francs par an, en attendant la construction d'écoles. D'autres situations sont «Nous avons observé que le personnel s'entasse dans certains bureaux, alors que d'autres sont vides depuis des mois», s'est étonné Stanislas Zuin, magistrat de la Cour.

L'Hôtel de Police de Carl-Vogt est aussi épinglé. Loué depuis 1964 pour un loyer annuel de 1,8 million de francs, il aurait dû être remplacé par le nouveau bâtiment à la Gravière. Mais celui-ci est trop exigu. Résultat, il faudra encore investir pour mettre les locaux de Carl-Vogt aux normes européennes. Le Conseil d'Etat a certes identifié le problème dès 2006 et lancé un programme d'optimisation de la gestion des locaux. Mais il n'a pas encore atteint ses objectifs, a noté la présidente.

Ton opinion