Actualisé 19.10.2017 à 12:10

BerneLe canton ne veut pas voir de corans distribués

Le canton de Berne veut une pratique uniforme en matière d'autorisation des actions de distribution du Coran.

Les autorités cantonales et communales de Suisse voient se multiplier les stands de l'organisation «Lies!».

Les autorités cantonales et communales de Suisse voient se multiplier les stands de l'organisation «Lies!».

Keystone

Le canton de Berne demande aux communes de refuser «systématiquement» les actions de distribution du Coran de la campagne «Lies!» (Lis! en allemand). Considérée comme un «terreau potentiel pour la radicalisation de jeunes gens», elle doit être interdite par les autorités compétentes.

Jeudi dans un communiqué, la Direction de la police et des affaires militaires du canton annonce avoir écrit une lettre aux communes leur demandant d'adopter une pratique uniforme en matière d'autorisation des actions de distribution du Coran.

Comme dans toute l'Europe, les autorités cantonales et communales de Suisse voient se multiplier les stands de l'organisation «Lies!». «On peut craindre que cette dernière incite de jeunes gens à se radicaliser et serve de plateforme de rencontre aux sympathisants du groupe Etat islamique», écrit l'administration.

Plusieurs sources ont en effet confirmé un lien entre des voyages aux fins du djihad et ces actions de distribution du Coran. Des procédures pénales sont en cours.

Attitude anticonstitutionnelle

La Direction de la police et des affaires militaires estime que cette campagne est basée sur une «attitude anticonstitutionnelle»: elle contredit les principes démocratiques et de l'Etat de droit, niant les droits fondamentaux garantis par la Constitution et répandant des idées extrémistes.

Dans la lettre, les communes bernoises se voient demander de refuser «à toute personne physique ou morale ou à tout groupement ou organisation» l'autorisation de mener des actions dans le cadre de «Lies!» ou de toute autre campagne similaire.

Directeurs cantonaux du même avis

Les parlementaires se penchent aussi sur le sujet. En septembre, le National a adopté une motion de Walter Wobmann (UDC/SO) exigeant l'interdiction au niveau fédéral de la distribution de Corans dans la rue à des fins de recrutement. Le texte réclame en particulier d'interdire «Lies!» et d'autres organisations poursuivant les mêmes objectifs. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

D'après le conseiller fédéral Guy Parmelin, prises isolément, les actions de distribution du Coran ne constituent pas en soi une menace pour la sécurité intérieure ou extérieure de la Suisse. La liberté d'opinion et de croyance, ainsi que la liberté de réunion et d'association, doivent prévaloir, selon le ministre de la défense.

Le Conseil fédéral soutient néanmoins les efforts des cantons et des communes visant à mettre fin aux actions de rue de la campagne «Lies!», notamment en refusant l'autorisation nécessaire. Le comité directeur de la Conférence des directeurs cantonaux des polices a d'ailleurs émis une recommandation en ce sens. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!