Vaud: Le canton se dote d'un «Monsieur hooliganisme»
Actualisé

VaudLe canton se dote d'un «Monsieur hooliganisme»

La police dispose depuis peu d'une cellule chargée de lutter contre la violence dans le sport. Elle est pilotée par un spécialiste reconnu.

par
Renaud Bournoud

«Vous ne pouvez pas lui parler, il faut garantir son anonymat», prévient d'emblée le porte-parole de la police cantonale. Son identité sera donc préservée, même si l'homme est bien connu dans le milieu. «C'est LE spécialiste du domaine en Suisse romande», juge Jacqueline de Quattro, conseillère d'Etat responsable de la police. J'ai pris la décision de nommer un Monsieur hooliganisme pour renforcer la lutte contre ce fléau.» Son embauche, à la fin de l'été, a donc permis de mettre sur pied une «cellule hooliganisme».

«Son rôle principal sera d'apprécier la dangerosité des matchs», explique Jacqueline de Quattro. Mais la tâche ne sera pas facile. «La violence gagne désormais les ligues inférieures», se désole la ministre. Un phénomène illustré par le récit d'une mère de famille prise à partie par des supporters du club de hockey Lausanne Star. Une histoire relatée samedi par «24 heures». «Notre Monsieur hooliganisme sera la cheville ouvrière des relations entre les différents clubs sportifs et la police», espère Jacqueline de Quattro.

Cette violence dépasse largement les frontières cantonales. En créant une cellule spéciale, les Vaudois ne font que suivre le mouvement. «On recommande l'échange d'informations sur les supporters violents», explique le Neuchâtelois Jean Studer, président de la Conférence latine des chefs de département de police. «Cela implique que les cantons doivent se doter d'un répondant en matière de hooligans», conclut-il.

Ton opinion