Valais: Le canton se dote d'une stratégie «Eau»
Actualisé

ValaisLe canton se dote d'une stratégie «Eau»

La gestion de l'eau est l'un des enjeux majeurs du XXIe siècle. Le gouvernement valaisan en est conscient et a voulu donner un signal fort en validant une stratégie «Eau».

Le Valais est l'un des premiers cantons à se doter d'une stratégie «Eau». Le changement climatique, l'augmentation de la population, une économie et une société en plein développement sont autant de raisons à l'origine des besoins accrus en eau. Mais cette ressource vitale n'est pas inépuisable.

Afin de la gérer et de satisfaire au mieux les multiples utilisateurs et besoins en eau, le Valais a défini une stratégie. Il s'agit pour l'heure d'un cadre théorique dont les citoyens ne verront pas tout de suite les répercussions dans leur quotidien, a admis Jacques Melly.

Mais cette étape est essentielle pour pouvoir ensuite passer à la pratique, rappelle le chef du Département valaisan des transports, de l'équipement et de l'environnement. Dès le début, tous les départements cantonaux ont été impliqués, mais aussi les communes valaisannes, ProNatura et la Confédération notamment.

Série de mesures

Désormais, trois principes prioritaires régiront toute décision liée à l'eau: garantir son utilisation comme eau potable, la protéger en tant que ressource et protéger les hommes contre les dangers naturels qui lui sont liés, ainsi que la valoriser dans la production d'électricité, l'agriculture, l'industrie, le tourisme, les biotopes et les paysages.

Pour atteindre ces objectifs, la stratégie valaisanne liste toute une série de mesures plus ou moins urgentes, comme optimiser les conditions cadres de la production hydroélectrique, optimiser la gestion de l'eau pour l'enneigement artificiel, promouvoir l'utilisation des eaux thermales, réduire le lessivage des engrais de ferme.

Rôle de pionnier

«En se dotant d'une stratégie eau, le Valais joue une fois de plus un rôle de pionnier. A ma connaissance, il est le seul en Suisse romande à avoir adopté un tel outil. En Suisse alémanique, il y a Berne, Bâle-Campagne et Uri. Soleure y réfléchit», a précisé Dominique Bérod, chef de la division hydrologie de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV).

Le canton est en train de développer une plate-forme cantonale d'information. Celle-ci recensera toutes les études et données en lien avec la ressource «eau» dans le canton et fera l'objet d'un monitoring permanent, a encore indiqué l'Etat du Valais. (ats)

Ton opinion