Actualisé

Le canton se fait de l'argent sur le dos des chiens

L'impôt cantonal sur les chiens fait grincer des crocs. Des questions seront posées aujourd'hui aux politiques.

Médor coûte 90 fr. en impôt cantonal par année à son propriétaire. Est-ce justifié? «On peut en effet se poser la question, car cet argent n'est pas affecté à quoi que ce soit, il entre dans la recette générale», explique le vétérinaire cantonal, Jacques-Henri Penseyres. Ce que confirme Samuel Debrot, président de la Société vaudoise de la protection des animaux (SVPA): «Le canton ne fait rien pour les chiens, alors que cet impôt rapporte 3 millions de francs à l'Etat!»

Pourquoi un tel impôt alors? «Il a été instauré il y a 150 ans pour dissuader les futurs propriétaires et diminuer ainsi le nombre de chiens, qui sont actuellement plus 55 000 dans le canton.» Le propriétaire d'un chien paie aussi un impôt communal, qui varie entre 50 et 150 fr. selon les communes. A Lausanne, il est de 90 fr. «Avec les 3032 chiens enregistrés, cela nous rapporte environ 300 000 fr. par année, précise Pierrette Crisinel, du bureau des impôts de la ville. Cet argent part dans les comptes de la commune.»

Il y a bien sûr ceux qui n'enregistrent pas leur compagnon à quatre pattes. Ils risquent l'amende, avec un effet rétroactif.

Quant à la puce électronique, elle est obligatoire depuis quatre ans dans le canton. Avec la nouvelle loi sur les chiens, qui sera débattue en septembre prochain, Médor devra être annoncé pour se voir attribué une puce.

Caroline Goldschmid

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!