Genève: Le Canton veut faire passer tout le centre de Genève à 30km/h
Publié

GenèveLe Canton veut faire passer tout le centre de Genève à 30km/h

Les autorités veulent ralentir le trafic motorisé dans l’hypercentre, y compris sur les axes principaux.

par
Maria Pineiro
Le trafic motorisé serait canalisé afin de ne plus transiter par le centre.
Le trafic motorisé serait canalisé afin de ne plus transiter par le centre.Pierre Abensur/tdg

Genève tire le frein à main. Le Canton veut limiter la vitesse du trafic motorisé à 30km/h dans l’hypercentre et le centre. Le Département des infrastructures (DI) a dévoilé jeudi son programme de mise en œuvre de la Loi pour une mobilité cohérente et équilibrée votée en 2016. «La loi acceptée par le Grand Conseil et le peuple donne très précisément le cadre a relevé Serge Dal Busco, conseiller d’Etat chargé du DI. Ces dernies mois, nous avons pu créer un cadre plus propice à sa mise en oeuvre, notamment avec la votation de septembre sur l’assouplissement de la compensation des places de parking supprimées. Il n’y a plus aucune excuse à ne pas accélérer la concrétisation du texte.»

Point d’orgue de cette feuille de route jusqu’à la fin de la législature en 2023, la «pacification des secteurs urbains du canton et sécurisation des traversées de localités». Dans le détail, les autorités visent une limitation générale de la vitesse à 30 km/h dans l’hypercentre, à savoir notamment Saint-Gervais, la Jonction , le quartier des banques, la vieille-ville et les Bastions. Dans cette zone, toutes les routes, y compris les axes principaux, comme Chantepoulet, seraient soumis à cette nouvelle règle. En parallèle, le canton veut développer des zones piétonnes, de rencontres et à trafic limité.

Autre point important de cette feuille de route, le déploiement de la moyenne ceinture à destination du trafic motorisé individuel. Le but, faire transiter le trafic routier en dehors des centres de manière fluide. A ce dispositif extérieur à la ville, il faut ajouter le U lacustre, dont la mise en service est prévue pour 2023 et qui permettra aux véhicules de passer d’une rive à l’autres via le pont du Mont-Blanc. Ce dernier axe échappera au 30km/h

Associations plutôt satisfaites

Les milieux impliqués dans la mobilité ont réagit de manière positive à la publication du document de mise en oeuvre. L’Association transports et environnement (ATE) «se félicite qu’un véritable plan et calendrier des réalisations soit rendu public». Elle déplore néanmoins «une part trop importante laissée au trafic individuel motorisé» et demande «des propositions plus audacieuses». La section genevoise du Touring club suisse «se félicite de disposer d'une vision claire des intentions du canton, dont l'un des objectifs est d'endiguer le trafic pendulaire ou de transit en agglomération». La section met nénamoins en garde contre une généralisation de facto de la limitation 30 km/h, contraire au droit fédéral et dit craindre un report de trafic dans les quartiers.

Pour une lente traversée des villages

Mais les ambitions du DI ne s’arrêtent pas là: les autres centres urbains, à savoir Carouge, les Eaux-Vives. les Charmilles ou encore les communes suburbaines telles que Lancy ou Onex, sont également concernés par la limitation à 30 km/. Pour ces zones, ces vitesses supérieures concerneront les quartiers. Les nouvelles urbanisations devront en outre prioriser les transports publics et la mobilité douce. Enfin, les principales traversées de localités seront également limitées à 30 km/h.

Priorité aux professionnels

De fait, la voiture ne sera plus reine dans les centres urbains genevois. Le trafic motorisé sera orienté afin d’éviter un passage par le centre de la ville au profit des véhicules professionnels. En ville, les feux prioriseront la fluidité des transports publics et de la mobilité douce. Le programme établit aussi l’accélération de la mise en œuvre d’itinéraires cyclables directs et sécurisés ainsi que leur amélioration sur plusieurs axes. Finalement, le stationnement sera également revu (lire encadré) et le quartier de Bel-Air expérimentera la priorisation des véhicules professionnels à l’exclusion de tout autre trafic motorisé individuel.

Privilégier le parking souterrain

Le département veut manifestement voir disparaître les véhicules motorisés de la voirie. Il veut inciter les usagers à privilégier le parking en ouvrage, y compris pour les deux-roues, tout en améliorant le stationnement des riverains. A cet effet, les tarifs des macarons et des horodateurs vont être revus.

Ton opinion

905 commentaires