Actualisé 28.06.2020 à 05:05

Coronavirus

Le cap des 2,5 millions de cas franchi aux États-Unis

Le Covid-19 a fait près de 500’000 morts dans le monde pour près de 10 millions de cas avérés, selon un bilan établi samedi soir.

Les États-Unis restent le pays le plus touché par la pandémie, avec 125’255 décès.

Les États-Unis restent le pays le plus touché par la pandémie, avec 125’255 décès.

AFP

Les États-Unis ont passé samedi la barre des 2,5 millions de contaminations au nouveau coronavirus et la pandémie semble hors de contrôle dans le sud du pays, déjà le plus frappé au monde. À 17h30 (23h30 en Suisse), les États-Unis avaient enregistré 2’500’419 cas confirmés, selon l’université Johns Hopkins, dont les bilans font autorité.

La Floride notamment a enregistré un nouveau record, avec 9585 nouveaux malades et 24 morts sur une journée. Pour le gouverneur de l’État, Ron DeSantis, il y a une «vraie explosion» de la maladie chez les jeunes qui ont renoué avec les plages et les fêtes nocturnes à la faveur du déconfinement.

Gay pride virtuelle

Conséquence de la pandémie, cinquante ans après la première Gay Pride à New York, la communauté LGBT s’est retrouvée essentiellement en ligne samedi. Des petites manifestations ont cependant eu lieu, comme à Mexico, où quelque 200 personnes ont marché le long de Reforma, la principale avenue de Mexico, brisant le confinement imposé par la pandémie.

À Vienne, quelque 200 voitures et motos décorées de bannières arc-en-ciel ou de licornes gonflables ont paradé sur le célèbre Ring. Selon les organisateurs, environ 5000 spectateurs ont salué le cortège, version allégée de la parade annuelle qui réuni habituellement plusieurs centaines de milliers de personnes. Des stars comme Coldplay et Miley Cyrus se sont quant à elles mobilisées pour un concert virtuel pour aider l'Union européenne à collecter des fonds pour la mise au point d’un vaccin.

«Nous ne mettrons fin à cette pandémie que quand elle sera partout terminée», a dit la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen à l’ouverture de cet événement virtuel. «Et cela signifie que toute personne dans le monde ait accès aux tests, aux traitements et aux vaccins», a-t-elle poursuivi.

Près de 500’000 morts dans le monde

Les Européens ne parviennent en revanche toujours pas à s’accorder sur une liste de pays dont les résidents seraient autorisés à venir en Europe en juillet. Les États-Unis, mais aussi le Brésil et la Russie pourraient faire partie des retoqués.

La présidence croate de l’UE avait donné aux États membres jusqu’à samedi soir pour se prononcer lors d’un vote, mais certains ont réclamé plus de temps. «Il est difficile de prédire une issue, mais la présidence espère pouvoir passer à un vote lundi», a précisé une source diplomatie européenne à l’AFP.

Le Covid-19 a fait plus de 495’000 morts dans le monde pour près de 10 millions de cas avérés, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles samedi à 21h00. Les États-Unis restent le pays le plus touché par la pandémie, avec 125’255 décès, devant le Brésil (57’070 morts). Le Pérou a quant à lui dépassé samedi les 9000 morts.

Bethléem bouclé

Au Proche-Orient, le gouverneur de Bethléem a annoncé samedi le bouclage temporaire de la ville palestinienne pour contrer la hausse du nombre de contaminations. Comme en Israël, où les contaminations sont en hausse, la Cisjordanie connaît une recrudescence récente des cas.

L’Inde de son côté a dépassé 500’000 cas de coronavirus, a annoncé samedi le gouvernement, avec un record de quelque 18’500 en une seule journée. Le pays pourrait enregistrer son millionième cas courant juillet. «Contrairement à la Chine, où la pandémie était relativement plus concentrée, autour de Wuhan et de quelques autres villes, l’Inde a une diffusion plus étendue qui rend les choses un peu plus compliquées pour le système de santé», a expliqué à l’AFP Anant Bhan, un expert en santé publique.

La pandémie fait aussi des victimes collatérales chez les toxicomanes. Au Canada, les overdoses aux opiacés se multiplient depuis le début de la crise. À Ottawa, trois «salles de shoot» ont réduit de moitié le nombre de places réservées aux toxicomanes, afin de respecter les nouvelles règles de distanciation physique.

«Nous avions déjà beaucoup à gérer avec la crise des opioïdes, mais nous faisions des progrès. Ensuite la pandémie a frappé», se désespère Anne Marie Hopkins, de l’Ottawa Inner City Health, qui gère un de ces centres.

(AFP/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!