Surpopulation carcérale Genève: Le cap des 500 détenus passé à Champ-Dollon

Actualisé

Surpopulation carcérale GenèveLe cap des 500 détenus passé à Champ-Dollon

Au total, 502 personnes étaient sous les verrous mercredi soir. Le personnel a menacé de faire grève au vu de la dégradation des conditions de travail.

«Depuis le début de l'année, un gardien a été agressé et deux blessés à la suite de bagarres entre détenus. Nous ne sommes plus d'accord d'assurer la sécurité dans ces conditions», a indiqué jeudi à l'ATS Philippe Veronese, président de la section Prisons de l'Union du personnel du corps de police du canton de Genève (UPCP), revenant sur des propos tenus sur les ondes de «Radio Cité».

Une rencontre a eu lieu jeudi après-midi entre le personnel et la direction. A son issue, les gardiens ont renoncé à un appel à la grève afin de ne pas nuire à leur rencontre avec la délégation du Conseil d'Etat lundi matin, a expliqué Philippe Veronese.

Surpopulation chronique

«Les conditions de détention carcérale et de travail se péjorent», a confirmé à l'ATS le directeur de l'établissement Constantin Franziskakis. Même si le nombre de détenu est redescendu à 492 jeudi matin, jusqu'à six personnes doivent se partager une cellule.

Ce n'est pas la première fois que la barre des 500 détenus est dépassée à Champ-Dollon. En automne 2006, l'établissement avait connu un record de 504 personnes. La prison, qui connaît une situation de surpopulation carcérale chronique, est prévue pour accueillir 270 détenus au maximum.

La section genevoise de la Ligue suisse des droits de l'homme a dénoncé cette situation jeudi dans un communiqué. Selon elle, ce centre apparaît comme étant le plus surpeuplé de Suisse, malgré l'inauguration il y a un an de l'établissement voisin de La Brenaz, destiné à réduire le taux d'occupation de Champ-Dollon. (ats)

Ton opinion