Etude – Le cap des 7 ans n’est plus celui qui devrait inquiéter les couples

Publié

ÉtudeLe cap des 7 ans n’est plus celui qui devrait inquiéter les couples

Des chercheurs de l’Université de Berne ont démontré que la satisfaction dans les couples est la plus basse à l’âge de 40 ans et après une décennie de relation.

La relation de couple fluctue au cours du temps et est au plus bas après dix ans.

La relation de couple fluctue au cours du temps et est au plus bas après dix ans.

DR

Après un mariage ou un partenariat, comment évolue cette relation dans le temps? Jusqu’à maintenant, c’était au bout de sept ans que les problèmes se faisaient jour, selon la croyance populaire, rapporte le site nau.ch. Mais les résultats d’une étude de l’Institut de psychologie de l’Université de Berne ouvrent sur une toute autre possibilité.

Les chercheurs se sont penchés sur cette question et ont rassemblé les données provenant de 165 études sur la satisfaction vis-à-vis de leur relation de couple provenant de seize pays. Ce sont ainsi 165’000 personnes âgées entre 20 et 76 ans qui ont été prises en compte. Ces gens ont eu des relations qui ont duré entre trois mois et quarante-six ans.

Résultat: la satisfaction relationnelle diminue chez les jeunes adultes et atteint son point le plus bas à l’âge de 40 ans. «La crise de la quarantaine serait donc prouvée», avoue une chercheuse. L’étude met en lumière que, après ce coup de mou, la satisfaction retrouve de la vigueur jusqu’à l’âge de 65 ans et se stabilise ensuite à un niveau élevé. Cela confirme la tendance selon laquelle les personnes âgées apprécient davantage une relation durable.

Une satisfaction qui fluctue

Les chercheurs ont également mis en avant le fait que la satisfaction des relations après un mariage ou un partenariat baisse au fil des mois et des années. La courbe descendante est atteinte après dix ans. «Mais ce point bas n’est que temporaire et la satisfaction augmente les dix années suivantes, avant de diminuer un petit peu», poursuit une chercheuse. Reste que la pleine satisfaction n’existe pas. Le maximum possible, selon la compilation des enquêtes, se situe à 77%. Par ailleurs, les gens qui ont des enfants ont un sentiment de satisfaction de leur relation de couple moins élevé que ceux qui n’en ont pas.

Cette étude pourrait permettre la mise en place de programmes de prévention et d’intervention afin de mieux soutenir les couples à tous les stades de leur développement et tout au long de leur vie. Une étude plus poussée devrait encore être menée auprès des couples qui ont des relations ne durant que peu de temps.

(jbm)

Ton opinion

5 commentaires