14.09.2020 à 06:21

Crans-Montana (VS)Le Caprices, version light, paré à décoller

Le festival électronique, repoussé d’avril à septembre 2020, ouvrira ses portes le 18 septembre. Le point avec son nouveau patron.

de
Fabien Eckert
La scène Modernity, à 2258 m, accueillera bien moins de monde qu’en 2019. La faute au virus.

La scène Modernity, à 2258 m, accueillera bien moins de monde qu’en 2019. La faute au virus.

F. Melillo

Le Caprices vivra le premier de ses deux week-ends dès vendredi. À cause du virus, sa tenue en avril avait été repoussée. «L’incertitude est plus déstabilisante qu’une mauvaise nouvelle. On a tourné au ralenti jusqu’au 12 août 2020 et la conférence de presse du Conseil fédéral. Depuis lors, c’est à fond les manettes», se marre Joseph Bonvin, nouveau président du festival électronique et par ailleurs hôtelier de la station.

L’événement se déploiera, de jour, à Cry d’Er en altitude et, de nuit, dans une gare de télécabines désaffectée. «Le côté brut et le béton de cet espace colleront avec la musique électronique. En fait, on a repris ce qui était existant et on a analysé les coûts et les recettes. Construire une structure énorme pour 6000 personnes, comme c’était le cas les années précédentes, était vraiment exagéré pour un festival à la montagne. D’autant plus que c’était le poste le moins rentable», indique le responsable. Ces deux lieux seront limités à 1000 personnes réparties en trois zones. Côté budget, il est fixé à un million de francs, soit trois de moins qu’en 2019: «Logique, on a de plus petites capacités et la Forest Stage est bien plus petite que les structures montées auparavant.»

«Ne pas laisser tomber le festival»

En janvier 2020, la société qui organisait jusqu’alors le Caprices était mise en faillite. L’avenir du festival se résumait donc à un point d’interrogation. C’était compter sans Joseph Bonvin. «Je ne voulais pas laisser tomber le festival. C’est quand même une des trois manifestations phares de la station avec l’open de golf et les courses de ski», souligne le Valaisan, qui précise qu’il connaissait déjà une partie du fonctionnement du Caprices pour y avoir exploité les bars de ces dernières années. C’est donc un nouveau comité de six personnes, issues de Crans-Montana, qui est désormais à la barre de l’événement. Maxime Léonard, ex-directeur et programmateur historique, garde toutefois la mainmise sur la programmation. Par ailleurs, les organisateurs planchent déjà sur 2021. «Il y aura deux week-ends en avril, dont les dates sont arrêtées, et un week-end en septembre. La programmation restera électronique», révèle encore Joseph Bonvin

Le programme:

Vendredi 18 septembre 2020: Modernity (dès 12h): Damian Lazarus, Yokoo, Behrouz, Mina. Forest Stage (dès 22h): Mira & Chris Schwarzälder, Seko & Persic, Madnax Live.

Samedi 19 septembre 2020: Modernity (dès 12h): Guy Gerber, Audiofly, Parallells, Tia, 3rd Floor Brothers. Forest Stage (dès 22h): Ion Ludwing Live, Digby, Adolpho & Franky.

Dimanche 20 septembre 2020: Modernity (dès 12h): Dubfire, Guti Live, DJ Reas. Forest Stage (dès 20h): Argenis Brito, Dandy Jack, Manolo.

Vendredi 25 septembre 2020: Modernity (dès 12h): Adriatique, Agents of Time, Marco Faraone, Skizzo. Forest Stage (dès 22h): Archie Hamilton, Traumer, Nicolas Duvoisin.

Samedi 26 septembre 2020: Modernity (dès 12h): Ricardo Villalobos b2b Edward, Sonja Moonear, Dana Ruh, Alci. Forest Stage (dès 22h): Mathew Jonson Live, Steve Rachmad, Andrea Fiorito, MHMD.

Dimanche 27 septembre 2020: Modernity (dès 12h): Sven Väth, Dorian Paic, Given. Forest Stage (dès 20h): Michel Cleis, Bruk Boogie Kru.

Informations et billetterie: www.caprices.ch

L’ambiance de la Modernity en 2019 en vidéo:

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!