Vaud/Fribourg: «Le carnaval ne permet pas tous les excès»
Actualisé

Vaud/Fribourg«Le carnaval ne permet pas tous les excès»

Humour douteux, mauvais goût, certains chars choquent les associations antiracistes.

par
Sébastien Jost

«C'est stupide et profondément choquant», réagit Jean-Philippe Rapp. Président suisse de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA), il dénonce le traitement de certains thèmes d'actualité dans les carnavals et les brandons.

Ainsi ce week-end, à Payerne, une boille à lait faisait référence au meurtre d'un Juif en 1942 et au livre de Jacques Chessex. Sur le récipient: un os, du sang et l'emblême des SS. L'écrivain n'a pas souhaité se prononcer sur l'affaire. Seul commentaire: «Dieu reconnaîtra les siens.»

Certains chars du Carnaval de Châtel-Saint-Denis (FR) font aussi grincer des dents Jean-Philippe Rapp. L'un montre des soldats suisses tirant sur des pirates «sots-malins» vêtus de peaux de bête, l'autre de faux Chinois amateurs de rats. «Le carnaval ne permet pas tous les excès, tonne le président de la LICRA. Il y a une augmentation du racisme et de l'antisémitisme par banalisation.»

Pour Magaly Hanselmann, le char payernois est «de mauvais goût et pas forcément drôle. Mais c'est l'esprit du carnaval.» Coordinatrice en matière d'intégration des étrangers et de prévention du racisme de l'Etat de Vaud, elle se veut prudente avant de taxer la démarche d'antisémite. «Pour moi, ce n'est pas des Juifs dont on se moque, mais de Jacques Chessex, dont le livre s'en est pris à la commune de Payerne.»

C'est aussi ce que pense Sylvain Hostettler: «Personne n'a voulu rire de cet horrible crime, relève le président de la manifestation. C'est la polémique autour du livre qui a été visée. Certes pas de manière heureuse.»

Pour Barrigue, le célèbre dessinateur qui se dit farouchement opposé au politiquement correct, «l'humour est un exutoire. Après, c'est une question de qualité. Dans le cas de Payerne, c'est primaire, voire primate.»

Le livre qui a mis le feu aux poudres

Arthur Bloch, marchand de bétail juif, a été assassiné et découpé en morceaux en 1942 à Payerne. Le crime a été commis par cinq habitants de la commune, admirateurs du Führer. Jacques Chessex a tiré de ce terrible crime «Un Juif pour l’exemple», un livre sorti en début d’année qui a déjà connu un énorme succès: 10 000 exemplaires ont été commandés par les librairies suisses; en France, ce serait trois fois plus.

Mais dans la Broye, l’ouvrage n’est pas du goût de tout le monde. Pour bon nombre de Payernois, l’ouvrage salit la ville et lui fait une mauvaise publicité. Le syndic, lui, a regretté que cette histoire, vieille de 70 ans, resurgisse de la sorte.

Ton opinion