Actualisé 06.09.2019 à 18:10

Tennis

Le carré surprise de Flushing Meadows

Les éliminations précoces de Novak Djokovic et Roger Federer ont ouvert la voie à des demi-finales inattendues à l'US Open.

1 / 40
Dimanche 8 septembre 2019
Dimanche 8 septembre 2019

Rafael Nadal en larmes au moment de regarder une vidéo retraçant ses 19 titres en Grand Chelem.

Keystone
Dimanche 8 septembre 2019
Dimanche 8 septembre 2019

Le Majorquin a remporté l'US Open pour la quatrième fois de sa carrière.

Keystone
Dimanche 8 septembre 2019
Dimanche 8 septembre 2019

Daniil Medvedev n'a pas manqué d'humour lors de la cérémonie au moment de revenir sur sa relation avec le public américain.

Keystone

Medvedev-Dimitrov: l'un confirme, l'autre revientAu vu de ses résultats lors de la tournée de préparation à l'US Open (trois finales en trois tournois sur dur dont un titre au Masters 1000 de Cincinnati), il n'est pas surprenant de voir Daniil Medvedev (5e mondial) à ce stade. Encore fallait-il qu'il tienne physiquement. En proie à des crampes contre le Bolivien Hugo Dellien dès le 2e tour, le corps encore endolori en 8es face à l'Allemand Dominik Koepfer, puis la jambe tiraillée en quarts face à Stan Wawrinka, il est pourtant toujours là.

Et ses matchs ne laissent plus le public indifférent depuis ce 3e tour où il s'est mal conduit avec un ramasseur de balles, a jeté sa raquette et fait un geste obscène... qui est passé sur l'écran géant du court Louis-Armstrong. Discret dans la vie, le Russe de 23 ans a passé les heures suivantes sur les courts de Flushing Meadows sous les sifflets. S'il a nargué le public en affirmant se nourrir de ses huées, il a néanmoins tout fait entre les matches pour désamorcer cette tension: publications sur les réseaux sociaux et mea culpa médiatique: «J'ai été un idiot», a-t-il dit.

Pour sa première demie de Grand Chelem, il risque de ne pas avoir le public de son côté puisqu'en face, il aura l'inattendu revenant «Baby Federer». Ainsi surnommé dans sa jeunesse pour son jeu, Grigor Dimitrov était bien devenu No 3 mondial après sa victoire au Masters de Londres 2017, mais n'a jamais confirmé ce surnom en Grand Chelem. A 28 ans et après une saison interrompue 7 semaines pour une blessure à l'épaule droite, le Bulgare désormais 78e à l'ATP a dépassé pour la première fois les 8es de finale à New York. Il restera celui qui a fait tomber Roger Federer en quarts de l'édition 2019.

Berrettini-Nadal: cogneur contre frappeur

Si les balles le pouvaient, elles refuseraient de participer à cette rencontre... Car si la lourdeur de la frappe de Rafael Nadal est bien connue depuis longtemps, la puissance de celle de Matteo Berrettini (25e mondial) est en train de se faire une sacrée réputation à New York. L'Espagnol, No 2 mondial à 33 ans, est donc le seul rescapé à ce stade du «Big Three» qu'il constitue avec Novak Djokovic, tenant du titre éliminé en 8es, et Roger Federer, codétenteur du record de 5 trophées à l'US Open (dans l'ère professionnelle) et battu en quarts.

Le Majorquin a connu une alerte physique (crampes aux deux avant-bras) en quarts face à Diego Schwartzman, mais il est persuadé qu'il sera remis et en pleine forme pour sa demi-finale. En outre, il a bénéficié du forfait de son adversaire australien Thanasi Kokkinakis au 2e tour et a eu une moitié de tableau allégée par la perte en deux tours de ses principales têtes de série. Mais Nadal aura besoin d'être en pleine possession de ses moyens face à l'Italien de 23 ans qui déboule tel un bulldozer dans ce tableau. Ses adversaires le savent maintenant bien, il est doté d'un service et d'un coup droit dévastateurs, que même Gaël Monfils, 13e mondial et en grande forme devant le public new-yorkais, n'est pas parvenu à contrôler.

Reste à savoir si le colosse italien (1,96 m, 90 kg) saura maîtriser ses émotions dans le cratère du court Arthur-Ashe si prompt à entrer en éruption, lui qui joue sa deuxième saison de Grands Chelems et donc sa première demi-finale de «Majeur». Corrigé en 8es lors du dernier Wimbledon par Federer, il avait perdu au 1er tour en Australie et au 2e à Roland-Garros cette année. Il est le deuxième Italien à jouer une demi-finale à l'US Open après Corrado Barazzutti en 1977.

(nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!