Actualisé 12.03.2007 à 22:18

Le catch mexicain mis à l'honneur dans une nouvelle série déjantée

BD – «Lucha Libre», littéralement «Lutte libre», est un véritable ovni dans le monde de la bande dessinée.

On le remarque dans une librairie au hasard d'un rayonnage et on regrette immédiatement de ne pas l'avoir découvert plus tôt. La «Lucha Libre» navigue dans l'univers des catcheurs mexicains et de leur folklore, en particulier les masques qu'ils portent pour passer inaperçu. Plus qu'une bande dessinée, «Lucha Libre» est un album de type magazine avec plusieurs histoires qui gravitent toutes autour de l'univers populaire du catch mexicain. Elles sont entrecoupées par d'autres histoires plus courtes qui mettent en scène le même monde de façon parodique et burlesque. Le 1er tome, «Introducing The Luchadores Five», présente un groupe de cinq lutteurs qui patrouillent la nuit pour préserver le sommeil des habitants d'East Los Angeles. Le 2e tome, «Se llama Tequila», met en scène Tequila, un lutteur à la force herculéenne mais qui n'a rien dans la tête. Exclu du groupe des Luchadores Five, il dit à qui veut l'entendre que ses parents sont des cactus sauvages. Quant au 3e volume, «Hele Mei Kookiwakiwa», il voit l'arrivée des légendaires lutteurs Tikitis, qui se sont retirés sur une île du Pacifique pour y couler une retraite douce et paisible. Les trois tomes sont à arroser abondamment de tequila et à consommer sans modération.

Selsa Maadi

Frissen, Vargas, Bill, Gobi, Tanquerelle et Witko, «Lucha Libre», Les Humanoïdes associés. Trois tomes déjà disponibles

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!