Pédophilie au sein du clergé: Le célibat des prêtres devrait être aboli
Actualisé

Pédophilie au sein du clergéLe célibat des prêtres devrait être aboli

Le président du Costa Rica, Oscar Arias, s'est prononcé mercredi en faveur de l'abolition du célibat des prêtres de l'Eglise catholique.

«Les relations sexuelles sont une nécessité biologique, au même titre que manger ou dormir et pour cela, il me semble contre nature d'interdire à un être humain d'avoir des relations sexuelles. C'est pourquoi je ne pense pas que le célibat soit une bonne chose», a déclaré lors d'une conférence de presse le chef de l'Etat de ce pays d'Amérique centrale majoritairement catholique.

M. Arias, Prix Nobel de la Paix en 1987 pour son action en faveur de la fin des conflits en Amérique centrale, ne considère pas que le célibat des prêtres est responsable des scandales de pédophilie au sein du clergé, mais il estime que «les prêtres auront un comportement différent» s'il est aboli.

Depuis fin 2009, l'Eglise catholique est secouée par des révélations en série d'abus pédophiles commis par des religieux, souvent couverts par leur hiérarchie, en Europe, en particulier en Irlande et Allemagne, et aux Etats-Unis mais de plus en plus en Italie aussi.

Ces dernières semaines, le pape Benoît XVI a lui-même été mis en cause par des médias allemands et américains pour avoir, selon eux, gardé le silence sur des abus quand il était archevêque à Munich puis chef de la Congrégation pour la Doctrine de la foi au Vatican.

A un mois de la fin de son second mandat, M. Arias, âgé de 69 ans, s'est par ailleurs à nouveau déclaré favorable à un projet d'union civile pour les couples homosexuels, présenté par une députée.

«On ne choisit pas son orientation sexuelle», a-t-il déclaré. «Cela relève de la nature ou de Dieu». (afp)

Ton opinion