Evolution: Le cerveau devient ramollo: la faute à internet
Actualisé

EvolutionLe cerveau devient ramollo: la faute à internet

L'environnement technologique peut influencer l'évolution du genre humain. Effet déjà notable: les trous de mémoire augmentent.

par
Sandra Imsand
L'homme du futur pourrait avoir les jambes molles et des pouces démesurément grands.

L'homme du futur pourrait avoir les jambes molles et des pouces démesurément grands.

Internet nous rend-il bêtes? Des chercheurs américains viennent en tout cas de démontrer que les moteurs de recherche ont changé la façon dont nous utilisons notre matière grise. Selon leur étude, publiée dans la revue «Science», les êtres humains ne retiennent plus les informations qu'ils retrouvent en un clic. Des scientifiques des Universités de Columbia, de Harvard et du Wisconsin ont découvert que des personnes confrontées à une question à laquelle elles n'ont pas de réponse pensaient automatiquement à la recherche qu'elles feraient sur Google. De même, les sujets préfèrent retenir l'endroit précis où se trouve un fichier sur un ordinateur plutôt que de mémoriser le contenu dudit fichier. «Au lieu de retenir tous les numéros de téléphones par cœur, les gens aiment mieux se rappeler le lieu où est rangé l'annuaire. Avec Internet, c'est un peu la même chose, mais à une échelle plus importante», confirme Emmanuel Sander, chercheur à l'Université Paris 8, cité par «Le Figaro». Internet a ainsi pris la place d'une mémoire externe.

Après avoir mis notre cerveau sous assistance, quels autres effets la technologie pourrait-elle avoir sur notre corps? Selon certaines projections, parfois loufoques (lire ci-dessous) mais pas toujours dénuées de bon sens, l'Homo sapiens Googleis tendrait à régresser. Découvrez les évolutions les plus effrayantes qui guettent nos descendants.

Bras raccourcis et jambes amorphes

Le manque d'exercice physique, causé par les heures passées

à regarder un écran, va finir par provoquer une atrophie des muscles des membres inférieurs.

Les jambes deviendront molles jusqu'à ne plus pouvoir soutenir le poids du corps trop gros. Adam Zaretsky, professeur à l'Université de Leiden aux Pays-Bas, évoque sa théorie de «l'homme-méduse»: devenant flasques, nos membres ressembleront à ceux de l'invertébré. Moins sollicités, les bras humains se raccourciront comme ceux des kangourous.

Méga-pouces mais mini-testicules

Smartphones, consoles de jeux vidéos, souris d'ordinateur... autant de gadgets qui musclent les pouces. Pour gagner en dextérité dans la rédaction de sms ou le dégommage d'extra-terrestres dans «Halo 3», ces deux doigts grossiront. Au contraire, les testicules, toujours plus exposés à des ondes, risquent l'atrophie, induisant plus de stérilité. La procréation médicalement assistée n'a plus qu'à faire d'énormes progrès...

Plus aucune utilité d'avoir des dents

L'homme prend de plus en plus de repas devant un ordinateur, sans s'arrêter. Dans l'assiette, les plats pré-cuisinés sont conçus pour diminuer la mastication. Outre l'obésité, ce style de vie induirait à terme la disparition des dents: un phénomène déjà en marche. Au cours des âges, la mâchoire n'a cessé de rapetisser. Entre 10 et 35% de la population ne développe même plus de dents de sagesse. On prévoit un boum des prothèses dentaires à but esthétique d'ici à mille ans.

Ton opinion