Actualisé 30.06.2008 à 20:16

Le cervelas a sauvé sa peau pour cette année

Le cervelas a provisoirement sauvé sa peau. Des boyaux de boeufs uruguayens et argentins pourvoiront aux deux tiers de la production.

Le Paraguay devrait également être mis à contribution ces prochains mois. Mais une nouvelle pénurie menace au printemps 2009.

Le conseiller aux Etats Rolf Büttiker, président de l'Union professionnelle suisse de la viande (UPSV), a annoncé la bonne nouvelle lundi à la télévision alémanique au terme d'une réunion de la «Task Force Cervelas», qu'il dirige.

Afin de combler la lacune d'approvisionnement restante, une étude va être lancée par un groupe international d'experts sur les risques que présentent les boyaux brésiliens. L'Union européenne avait interdit l'importation de ces boyaux le 1er avril 2006 en raison des risques de maladie de la vache folle, plongeant les fabricants suisses de cervelas dans l'embarras.

Dès les résultats de l'étude connus, celle-ci sera soumise aux autorités de l'UE, a ajouté M. Büttiker. Ce devrait être le cas en septembre. Une nouvelle évaluation de la situation sera faite en novembre.

Le cervelas est composé de viande de boeuf (27 %) et de porc (10 %), de lard (20 %), de bloc de couenne (15 %) et d'eau (23 %). Il a été créé à Bâle à la fin du 19e siècle. Le boyau de boeuf brésilien s'est progressivement imposé comme la meilleure peau.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!