Actualisé

GenèveLe CEVA est désormais sur de bons rails financiers

La fin des gros travaux de génie civil diminue les risques de dépassement de budget.

par
Maria Pineiro
Le percement du tunnel de Champel a constitué un important facteur de risque sur la facture finale du CEVA.

Le percement du tunnel de Champel a constitué un important facteur de risque sur la facture finale du CEVA.

Keystone/Salvatore di Nolfi

Bonnes nouvelles pour les finances du CEVA. Le dernier bulletin trimestriel du projet fait état d'une baisse des risques. Ils passent ainsi de 144 à 78 millions de francs.

Avec la fin du percement du tunnel de Champel, sur lequel pesait un certain nombre d'incertitudes, les coûts supplémentaires potentiels en cas de problèmes ont été retranchés du calcul. Fin juin 2017, le montant total des travaux a été établi à 1,62 milliard de francs.

Oppositions

«Désormais, les risques concernent essentiellement les oppositions», indique Magali Melly, responsable de la communication pour le CEVA. Elle précise qu'elles sont au nombre de huit, dont quatre récentes concernent le secteur de Pinchat-La Chapelle et Pinchat-Est.

Ces oppositions sont liées à des craintes quant aux «mesures de protection contre les vibrations et le bruit solidien». Les maîtres d'ouvrage restent confiants. «Les travaux prévus vont au-delà de ce qui est exigé pour le respect des normes, nous sommes dans une configuration confort», précise Magali Melly.

Délais

Le bulletin souligne encore que tout est mis en oeuvre pour que le Léman express soit mis en service en décembre 2019.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!