Football: Le champion du monde battu à la sauce mexicaine

Actualisé

FootballLe champion du monde battu à la sauce mexicaine

L'Allemagne a raté son entrée en lice dimanche et s'est inclinée 1-0 contre le Mexique à Moscou.

par
Robin Carrel
Moscou

La joie du buteur Lozano.

Dans le métro en direction du Stade Luzhniki, le match était déjà gagné par les Mexicains. Les discussions entre les fans des deux camps allaient bon train, dans le wagon. D'abord pour savoir à quel arrêt sortir (il y a encore quelques rames où les stations sont uniquement écrites en cyrilliques et ça complique pas mal l'affaire), mais aussi pour savoir si «El Tri» avait la moindre chance face à l'ogre allemand...

Les supporters de la Mannschaft que nous avons surpris en pleine discussion tactique avec des «adversaires» étaient catégoriques. «Ja», les joueurs de Juan Carlos Osorio avaient bien entendu leur chance, leur a assuré un Allemand déjà bien «motivé» par le repas de midi. Sauf qu'il a ensuite malicieusement glissé qu'il évaluait à 10 ou 20% la possibilité de voir le Mexique accrocher les siens. Et pourtant!

Ensuite, dans l'arène moscovite, ce sont une nouvelle fois les supporters venus d'Amérique centrale qui ont largement emporté l'avant-match. Chaque pays véhicule son lot de clichés, quand il débarque sur une Coupe du monde. Mais les Mexicains sont peut-être ceux qui en (f)ont le plus. Ils sont forcément habillés de vert et les sombreros sont légion. Même en Suisse, on connaît également leur chant préféré, à base de «Ay, ay, ay, aaaaay» et de «Mexico! Mexico!». C'est sympa, mais à la longue...

Le seul souci, finalement, dans ce genre de tournoi, c'est que vous avez beau gagner sur tous les plans en-dehors et de la pelouse et dans les tribunes, il y a toujours un match à jouer ensuite. Qu'il pleuve, qu'il vente, ou que Gary Lineker philosophise ou tweete, le résultat serait donc toujours le même à la fin? Et bien non, pas cette fois. La faute à une équipe allemande trop passive en première période et peu inventive en seconde mi-temps.

Kroos frôle les montants... deux fois

Les Mexicains se sont imposés et en ont imposé. Ils ont fait la différence après avoir copieusement arrosé Manuel Neuer de tirs en début de rencontre et malgré plusieurs énormes occasions qu'ils auraient dû convertir pour se mettre à l'abri ensuite. Lozano a certainement aiguisé l'appétit des gros clubs européens qui le suivaient de toute façon déjà, en ouvrant le score à la 35e minute, dans une ambiance de folie. Chicharito a ensuite failli manger la feuille de match à deux reprises, mais les siens ont tenu bon derrière, grâce notamment à l'entrée du vétéran Marquez, qui participait ainsi à sa cinquième Coupe du monde en carrière, et à un Ochoa brillant sur sa ligne et dans les airs.

Côté allemand, Kroos a effleuré deux fois les montants, mais rien n'y a fait. Le dernier rempart d'Amérique centrale et sa défense centrale ont globalement maîtrisé une Mannschaft sans grande imagination et en grave défaut de vitesse un peu partout. Cette défaite germanique rebat les cartes également pour le groupe de la Suisse... Et si finir second derrière le Brésil n'était pas finalement l'idée de l'année?

Ton opinion