Pénurie de carburant en France: Le gouvernement fait pression, mais la grève est reconduite

Publié

Pénurie de carburant en FranceLe gouvernement fait pression, mais la grève est reconduite

Malgré le haussement de ton de l’Elysée, le mouvement de grève se poursuit mardi chez TotalEnergies et Esso-ExxonMobil.

Près d’un tiers des stations-services sont encore affectées par des pénuries de carburant en France.

Près d’un tiers des stations-services sont encore affectées par des pénuries de carburant en France.

AFP

Plusieurs syndicats ont reconduit mardi la grève à Esso-ExxonMobil, malgré les pressions du gouvernement et un accord majoritaire sur les salaires. A TotalEnergies, les grévistes ont également choisi de prolonger la grève, a indiqué à l’AFP, Eric Sellini, coordinateur CGT pour le groupe.

«Nous mettons tout en œuvre pour que cette situation s’arrête», a dit le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, au lendemain d’une réunion d’urgence à Matignon, évoquant la possibilité de procéder à des réquisitions ou de rouvrir les accès aux dépôts. «Le gouvernement appelle à ce que la totalité des blocages soient levés sans délai. Sans quoi, nous prendrons nos responsabilités, c’est-à-dire que nous pourrions être amenés à les lever», a-t-il dit. «Il n’y a plus aucune raison qu’il y ait le moindre blocage» à Esso-ExxonMobil, a ajouté Véran. 

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a renchéri. «Il y a une seule solution: le déblocage sans délai des dépôts de carburant et des raffineries», a-t-il déclaré sur franceinfo, en appelant à ce que les négociations à TotalEnergies démarrent «aujourd’hui», mardi.

Mais si la CFDT et la CFE-CGC sont majoritaires au sein du groupe, les syndicats CGT et FO, à l’origine du mouvement de grève, représentent plus de 50% des personnels de la raffinerie de Fos-sur-Mer. A celle de Notre-Dame-de-Gravenchon, la situation est «très équilibrée entre les quatre organisations syndicales», selon Christophe Aubert, délégué syndical central CGT.

«Le mouvement a été reconduit ce matin à 6h» après une proposition de la direction qui est «toujours sur la même proposition que celle du 20 septembre à l’exception de l’octroi d’une prime», a indiqué Christophe Aubert. A TotalEnergies, «on est toujours en attente de précisions en matière de négociations par la direction» et les salariés ont donc «revoté à une large majorité» la grève ce matin, a expliqué Eric Sellini.

En parallèle, le gouvernement «discute avec Total» pour qu’il puisse «y avoir une prolongation sur quelques jours de la ristourne» mise en place par le groupe, a indiqué Olivier Véran. «Les jours de blocage d’accès au carburant que l’on est en train de vivre aboutiront aussi à des prolongements – c’est ce que nous demandons à Total – des ristournes», a confirmé son collègue chargé des Transports, Clément Beaune, sur RMC. Cette ristourne de 20 centimes le litre consentie par l’énergéticien était censée prendre fin le 1er novembre.

(AFP)

Ton opinion

175 commentaires