Zurich: Le chaos d'Oerlikon révèle la vulnérabilité des CFF

Actualisé

ZurichLe chaos d'Oerlikon révèle la vulnérabilité des CFF

Il a suffi de mettre le feu à des câbles pour paralyser le trafic ferroviaire d'une région. La question de la sécurité se pose.

par
smk/nxp
Des collaborateurs des CFF s'emploient à réparer les dégâts causés aux câbles par l'incendie sous un viaduct.

Des collaborateurs des CFF s'emploient à réparer les dégâts causés aux câbles par l'incendie sous un viaduct.

photo: Keystone

L'incendie criminel dans un conduit de câbles à Zurich-Oerlikon qui a provoqué mardi le chaos dans les liaisons ferroviaires régionales soulève beaucoup de questions. Et son origine volontaire encore plus. Car il est très facile de mettre le feu à ces câbles, comme l'ont expliqué des experts à 20 Minuten.

«Même un enfant peut le faire», a ajouté un ancien collaborateur des CFF. Kurt Schreiber de Pro Bahn Suisse en convient mais il doute que ce soit une bêtise d'adolescent. «J'y vois la main d'un ex-employé qui connaissait parfaitement le point faible du système et où frapper.» Kurt Schreiber souhaite que l'auteur soit puni «avec la plus extrême sévérité car des milliers de personnes ont été touchées, avec des dommages économiques massifs.» Selon l'article 122 du code pénal, un incendiaire risque au moins un an de prison ou entre trois et 20 ans s'il est prouvé qu'il a mis en danger la vie d'autrui.

Amende et prison

Et pour avoir perturbé le trafic ferroviaire et mis la vie ainsi que la propriété d'autrui en péril, l'incendiaire encourt une amende ou une peine de prison. Les CFF sont également en droit de demander des dommages et intérêts, mais ils n'y songent pas pour le moment. «Nous nous employons actuellement à tout remettre en état. Ce sujet pourrait revenir sur la table par la suite», a déclaré son porte-parole Christian Ginsig.

Les coûts de l'incendie en termes de trafic ferroviaire et de réparation sont estimés à plusieurs centaines de milliers de francs, a ajouté la police zurichoise.

Kurt Schreiber demande donc une meilleur sécurité «en fermant ces conduits avec des cadenas par exemple». Mais reste alors à relever le défi tarifaire pour les usagers qui découlerait d'un renforcement de la sécurité. Les CFF n'ont pas souhaité s'exprimer sur la sécurité des conduits.

Les CFF touchés à leur talon d'Achille

Selon l'émission «10 vor 10» de la télévision alémanique SRF, le ou les responsables de l'incendie criminel ont touché le talon d'Achille de l'ex-régie fédérale. Car les conduits de câbles endommagés par les flammes sont en quelque sorte le «système nerveux» des CFF, explique ainsi Walter von Andrian, rédacteur en chef de la «Schweizer Eisenbahn-Revue». Selon ce dernier, les conduits en question contiennent des câbles en tous genres allant de ceux destinés aux connexions téléphoniques à ceux pour les commandes à distance. Il se veut néanmoins rassurant: «La destruction de ces câbles peut provoquer des perturbations, mais ne suffirait pas pour provoquer une collision entre deux trains.»

Ton opinion