Lion abattu au Zimbabwe: Le chasseur risque d'être chassé à son tour
Publié

Lion abattu au ZimbabweLe chasseur risque d'être chassé à son tour

Les défenseurs des animaux se mobilisent contre le riche dentiste américain, accusé de s'être offert la tête du lion star du plus grand parc zimbabwéen.

James Palmer est accusé d'avoir franchi la ligne rouge en abattant Cecil, un lion mâle de 13 ans, vedette du parc Hwange et célèbre pour sa crinière noire. Après sa mise en cause par l'ONG Zimbabwe Conservation Task Force (ZCTF), son implication a été confirmée par l'Association des opérateurs de safari du pays (SOAZ) mardi, à Harare.

Les comptes Twitter et Facebook de ce riche dentiste, originaire du Minnesota, au nord des États-Unis, ont été fermés mardi après-midi, après avoir été l'objet d'attaques féroces. Plusieurs passants ont par ailleurs commencé à déposer des peluches et des fleurs devant la porte de son cabinet, en guise d'hommage au fauve tué.

Le chasseur tente de faire amende honorable

Une pétition réclamant «justice pour Cecil» a déjà recueilli plus de 220'000 signatures. Adressée au président du Zimbabwe, Robert Mugabe, elle demande que les permis de chasse ne soient plus délivrés pour les espèces menacées. James Palmer a quitté le Zimbabwe bien avant que le scandale n'éclate il y a quelques jours. Selon une source proche du dossier, il n'a passé qu'une semaine dans le pays début juillet, et c'est après son départ que les autorités du parc et défenseurs de la nature ont alerté sur la mort du lion.

Le chasseur a réagi pour la première fois mardi soir. Dans un communiqué, il tente de faire amende honorable: «Je regrette profondément que la poursuite d'une activité que j'aime et que je pratique avec responsabilité et dans la légalité se soit traduite par la mort de ce lion (...) dont je ne connaissais pas le statut de célébrité locale».

Ton opinion