JO de Rio: Le chef de l'antidopage brésilien renvoyé
Actualisé

JO de RioLe chef de l'antidopage brésilien renvoyé

Le patron de l'agence antidopage brésilienne, elle-même suspendue, a été limogé à un mois des Jeux olympiques.

Marco Aurelio Klein a été remercié.

Marco Aurelio Klein a été remercié.

photo: Kein Anbieter

Le responsable de l'Agence brésilienne de contrôle du dopage (ABCD) a été démis de ses fonctions jeudi, six jours après la suspension du laboratoire de Rio en charge des analyses des JO-2016 par l'Agence mondiale (AMA), a annoncé jeudi le ministère des Sports.

Marco Aurelio Klein sera remplacé à son poste par Rogerio Sampaio, ancien champion olympique de judo, selon la même source.

Le communiqué du ministère n'a pas fait de rapprochement entre le départ de Marco Aurelio Klein et la décision de l'AMA le 24 juin, en expliquant qu'il s'agit d'une suite logique d'un changement de gouvernement, plongé dans une tempête politique avec la destitution de la présidente Dilma Rousseff en point de mire.

A un mois des JO...

L'AMA a retiré l'accréditation du Laboratoire brésilien de contrôle du dopage de Rio en raison de problèmes de conformité avec les normes internationales des laboratoires, a indiqué l'AMA dans un communiqué.

Cette suspension restera effective pendant six mois, à moins que le comité exécutif de l'AMA ou son président ne suivent d'ici là les recommandations d'une commission de discipline qui va «être formée sous peu et étudiera le dossier», a précisé l'AMA.

A quelques semaines de la cérémonie d'ouverture des JO-2016 (5-21 août), le laboratoire brésilien ne peut plus procéder à aucune analyse d'échantillons sanguins et urinaires. Dans l'intervalle, les échantillons en cours d'analyse et destinés à ce laboratoire vont être envoyés dans d'autres laboratoires dans le monde, accrédités par l'AMA, afin qu'il «n'y ait pas de vide dans les procédures des contrôles antidopage», a encore souligné l'AMA.

Lors de la Coupe du monde de football 2014 au Brésil, la Fifa avait acheminé ses échantillons vers la Suisse, soit un véritable casse-tête logistique et financier. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion