Proxénétisme à Lille: Le chef de la police du Nord sera muté à Paris
Actualisé

Proxénétisme à LilleLe chef de la police du Nord sera muté à Paris

Le chef de la police du Nord, Jean-Claude Menault, entendu jeudi dans le cadre de l'affaire de proxénétisme liée à l'hôtel Carlton de Lille, va quitter ses fonctions «rapidement».

Le chef de la police du département français du Nord, entendu jeudi dans le cadre d'une retentissante affaire de proxénétisme dans laquelle Dominique Strauss-Kahn est aussi cité, sera muté à Paris. L'information émane vendredi du ministère français de l'Intérieur.

Jean-Claude Menault a été entendu, jeudi à Paris, pendant cinq heures par la police des polices. Il ne fait l'objet d'aucune poursuite alors que huit personnes ont déjà été mises en examen dans ce dossier pour proxénétisme aggravé en bande organisée. Ce réseau s'articulait autour d'un hôtel de luxe de Lille, le Carlton.

Selon une source proche du dossier, M. Menault sera muté à la Direction centrale de la sécurité publique à Paris. Dans un premier temps, le ministère avait voulu préciser une information fournie par une source proche du dossier selon laquelle M. Menault, âgé de 62 ans, serait sanctionné par une mise à la retraite d'office.

Les enquêteurs souhaitaient l'interroger sur un voyage à Washington fin 2010 pour y rencontrer DSK. Ils voulaient cerner ses relations avec d'autres inculpés, comme le commissaire Jean- Christophe Lagarde, autre responsable policier important du nord de la France.

Conseiller de DSK

Selon des sources policières, M. Menault était allé à Washington pour conseiller DSK sur des questions de sécurité, alors que ce dernier était encore patron du Fonds monétaire international (FMI) et bien placé pour détrôner Nicolas Sarkozy en 2012 à l'Elysée.

Le commissaire Lagarde, deux chefs d'entreprise du nord et deux jeunes femmes étaient aussi du voyage. M. Menault s'était «senti un peu piégé» lorsque, à l'occasion d'un dîner avec l'ancien patron du FMI, la soirée s'était débridée, selon une source proche du dossier. Il avait alors regagné sa chambre d'hôtel et écourté son séjour.

Dominique Strauss-Kahn apparaît dans ce dossier comme un participant à des parties fines avec des prostituées, organisées et payées par des entrepreneurs du secteur de la construction. (ats)

Ton opinion