Valais/Turquie: Le chef de la police du Valais arrêté en Turquie
Actualisé

Valais/TurquieLe chef de la police du Valais arrêté en Turquie

L'arrestation de Christian Varone a surpris tout un canton. Les autorités parlent d'une «affaire privée». Un caillou ramassé près d'un site archéologique serait au coeur de l'affaire.

par
Joël Espi
Christian Varone est retenu en Turquie.

Christian Varone est retenu en Turquie.

C'est tout un canton qui a été surpris, lundi, en apprenant la nouvelle révélée par la radio valaisanne Rhône FM. Le commandant de la police cantonale, Christian Varone, a été arrêté à l'aéroport d'Antalya alors qu'il allait embarquer dans l'avion. Il est retenu dans un commissariat de la ville. En cause: un caillou ramassé sur un chemin près d'un site archéologique, retrouvé lors d'une fouille de bagages.

«Il a fait en sorte que les siens rentrent en Suisse», a expliqué son frère, Patrick Varone. La famille est donc rentrée, puis sa femme et son frère sont retournés en Turquie, samedi. Lundi à 20 h, les deux Valaisans attendaient des nouvelles de l'avocate de Christian Varone. Celle-ci a été commise d'office et ne parle quasiment que le turc.

Du côté des autorités valaisannes, on évoque une «affaire privée, survenue durant des vacances privées». Le Conseil d'Etat a donc choisi de ne pas commenter l'événement. Pareil du côté de la police, «stupéfaite» par la nouvelle. Le commandant Robert Steiner assurera l'intérim. Le Département fédéral des affaires étrangères dit avoir «connaissance de l'arrestation d'un citoyen suisse», à qui l'ambassade en Turquie «apporte son soutien». Cette nouvelle pourrait redistribuer les cartes politiques. Candidat au Conseil d'Etat aux élections de 2013 pour le PLR, Christian Varone pourrait manquer l'investiture de septembre s'il attend

un jugement en Turquie.

On risque gros en se faisant attraper

Le ministère français des Affaires étrangères déconseille «d’emporter toute antiquité, pièce de monnaie ou fossile» de Turquie. Certains touristes ont été arrêtés pour avoir, par exemple, ramassé un morceau de pierre sur une plage. Les personnes interpellées risquent jusqu’à 10 ans de prison pour trafic d’antiquités. Elles doivent s’acquitter d’une caution de 9000 euros pour sortir de détention provisoire, en attendant un jugement, plusieurs mois plus tard. Cette affaire tombe mal étant donné les «relations archéologiques» tendues entre la Suisse et la Turquie. Celle-ci réclame en effet la restitution d’un inestimable sarcophage retenu à Genève depuis 2009.

Ton opinion