21.03.2017 à 19:40

Affaire MarijaLe chef des migrations menacé de mort sur le Net

Un quadragénaire a écopé d'une peine pécuniaire pour avoir menacé sur Facebook le directeur de l'Office des migrations saint-gallois dans le cadre de l'expulsion d'une jeune Serbe de Sargans (SG).

de
taw/ofu
1 / 8
Marija Milunovic vivait depuis plus de deux ans en Suisse. Durant cette période, elle s'est parfaitement intégrée. Elle devait même commencer un apprentissage à l'hôpital cantonal de Glaris en 2017.

Marija Milunovic vivait depuis plus de deux ans en Suisse. Durant cette période, elle s'est parfaitement intégrée. Elle devait même commencer un apprentissage à l'hôpital cantonal de Glaris en 2017.

DR
Mais les autorités saint-galloises lui ont interdit fin 2016 de commencer la formation parce qu'elle ne disposait pas de l'autorisation de séjour nécessaire.

Mais les autorités saint-galloises lui ont interdit fin 2016 de commencer la formation parce qu'elle ne disposait pas de l'autorisation de séjour nécessaire.

DR
...

...

DR

Un Suisse de 45 ans n'a visiblement pas apprécié la décision des autorités saint-galloises d'expulser Marija en Serbie, à la mi-février dernier. Dans une publication Facebook datant du 16 février, le quadragénaire a ainsi conseillé au directeur de l'Office des migrations de se saisir d'une corde avant qu'une autre personne ne le fasse. Il a aussi écrit qu'il serait le bourreau du fonctionnaire, dont il a publié le nom en entier sur le réseau social, si la peine de mort devait être réintroduite en Suisse.

Période probatoire de 3 ans

Dans un communiqué publié mardi, le Ministère public saint-gallois explique avoir condamné le Suisse via ordonnance pénale le 27 février dernier à une peine pécuniaire avec sursis de 90 jours-amende à 110 francs. La peine a été assortie d'une période probatoire de 3 ans. Le quadragénaire devra aussi s'acquitter d'une amende de 300 francs et des frais de justice de 400 francs.

Demande de regroupement familial pas déposée à temps

Marija, 17 ans, a été renvoyée dans son pays après avoir vécu plus de deux ans auprès de sa mère à Sargans (SG). Malgré sa parfaite intégration et le fait d'avoir trouvé une place d'apprentissage pour l'été prochain à l'Hôpital cantonal de Glaris, les autorités ont décidé en novembre dernier de l'expulser. Sa mère n'avait en effet pas déposé à temps sa demande de regroupement familial.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!