Etats-Unis: Le chef du FBI défend l'enquête russe
Publié

Etats-UnisLe chef du FBI défend l'enquête russe

Auditionnés par une commission, le chef du FBI et le numéro 2 de la Justice ont défendu jeudi l'enquête russe.

1 / 99
L'ex-directeur du FBI James Comey a admis dimanche que de «véritables négligences» avaient été commises par la police fédérale au début de l'enquête sur l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016. (Dimanche 15 décembre 2019)

L'ex-directeur du FBI James Comey a admis dimanche que de «véritables négligences» avaient été commises par la police fédérale au début de l'enquête sur l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016. (Dimanche 15 décembre 2019)

AFP
Roger Stone, ancien conseiller de longue date de Donald Trump, a été reconnu coupable vendredi de mensonge au Congrès et de subornation de témoin dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection américaine de 2016. (Samedi 16 novembre 2019)

Roger Stone, ancien conseiller de longue date de Donald Trump, a été reconnu coupable vendredi de mensonge au Congrès et de subornation de témoin dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection américaine de 2016. (Samedi 16 novembre 2019)

Keystone
L'audition prévue mercredi devant le Congrès américain du procureur spécial Robert Mueller, pour évoquer son enquête sur l'ingérence russe dans la présidentielle de 2016, a été reportée. (Vendredi 12 juillet 2019)

L'audition prévue mercredi devant le Congrès américain du procureur spécial Robert Mueller, pour évoquer son enquête sur l'ingérence russe dans la présidentielle de 2016, a été reportée. (Vendredi 12 juillet 2019)

AFP

Le chef du FBI et le numéro deux du ministère américain de la Justice ont défendu jeudi l'indépendance des enquêteurs travaillant sur le dossier explosif de l'affaire russe, cible régulière du courroux de Donald Trump.

Lors d'une audition longue de plusieurs heures et parfois très tendue, Christopher Wray et Rod Rosenstein ont répondu publiquement à des questions concernant l'enquête sur l'ingérence de Moscou dans la présidentielle américaine de 2016 et les soupçons de collusion entre des membres de l'équipe de campagne de Donald Trump et la Russie.

Les questions les plus virulentes sont venues du côté des membres républicains de la Commission judiciaire de la Chambre des représentants, et ont visé particulièrement le républicain Rod Rosenstein, numéro deux de la Justice, qui a autorité sur le procureur spécial chargé depuis plus d'un an du dossier russe, Robert Mueller.

«Si vous avez des preuves que quiconque dans l'équipe de campagne de Trump a mal agi, montrez-les au fichu grand jury. Si vous avez des preuves que ce président a agi de façon inappropriée, montrez-les aux Américains», s'est énervé le parlementaire républicain Trey Gowdy.

Donald Trump s'en était pris plus tôt directement à Robert Mueller, ancien chef du FBI longtemps très respecté dans les milieux républicains. «Quand est-ce que Bob Mueller va révéler ses conflits d'intérêt? Pourquoi ça prend si longtemps?», a tweeté le président Trump.

Interrogé à ce sujet, Rod Rosenstein a répondu: «Je ne suis au courant d'aucun conflit d'intérêt qui justifierait de se récuser». «Nous sommes habitués aux critiques au ministère de la Justice et cela n'affecte pas notre travail», a-t-il souligné à un autre moment de son audition.

Le chef du FBI, Christopher Wray, a lui aussi défendu l'indépendance de ses services. «Comme je l'ai dit à de nombreuses reprises, je m'engage à faire ce travail en suivant les règles sur tous les aspects, et aucune pression politique, d'où qu'elle vienne, ne m'en dissuadera», a affirmé le successeur de James Comey, limogé en mai 2017 par Donald Trump.

Rod Rosenstein a par ailleurs rejeté les accusations d'élus républicains le soupçonnant de tarder, à dessein, à leur livrer des documents liés à cette enquête ainsi qu'à celle, menée pendant la campagne, sur les mails d'Hillary Clinton, en soulignant qu'il y en avait plus d'1,2 million.

Pendant l'audition, les républicains ont approuvé à la Chambre une mesure symbolique réclamant à la Justice qu'elle leur livre toutes ces informations d'ici le 6 juillet. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion