24.03.2020 à 13:21

Coronavirus et chloroquineLe «chercheur génial» qui embarrasse l'Elysée

Le professeur Didier Raoult affirme que la chloroquine est un remède efficace contre le Covid-19 et qu'il faut la prescrire immédiatement. Or, les essais cliniques sont encore en cours.

de
joc

Le nom du professeur Didier Raoult a le don de crisper les membres du gouvernement français. Ce professeur affirme haut et fort que la chloroquine constitue un remède efficace au Covid-19 et qu'il faut la prescrire dès maintenant, à grande échelle. Le médecin a mené un essai clinique sur 24 patients souffrant du coronavirus, en leur administrant ce traitement antipaludique. Six jours plus tard, seuls 25% d'entre eux étaient encore porteurs du virus, explique BFM TV. Le hic, c'est que la chloroquine fait toujours l'objet de tests cliniques et certains spécialistes s'époumonent en avertissant des dangers de l'automédication.

Qu'à cela ne tienne. Bravant les interdictions, le professeur Raoult a ouvert les portes de son l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée au public, lundi à Marseille. Plus de 300 personnes se sont pressées pour obtenir ce que le gouvernement français ne leur donne pas: la possibilité de passer des tests de dépistage – pour l'heure réservés aux soignants et personnes fragiles – et se procurer la fameuse chloroquine. Un pied de nez au sommet de l'Etat: «C'est comme les faux prophètes…», peste un «familier de l'exécutif», interrogé par «Le Parisien».

«Raoult, c'est le Jésus Christ du XXIe siècle»

Spécialiste des maladies infectieuses, ce professeur aux faux airs de Panoramix ou de Dumbledore fait monter la pression médiatique. Et le gouvernement n'aime pas ça. «Il est devenu la pasionaria de certains membres de l'opposition qui sont prêts à se rallier à n'importe quelle solution. C'est: «Je vois la lumière et fuck la rigueur scientifique!» Ceux qui appellent à la prudence apparaissent comme voulant l'empêcher de trouver la solution», tempête un conseiller d'Emmanuel Macron. Un autre abonde: «C'est dingue. Raoult, aux yeux des gens, c'est le Jésus Christ du XXIe siècle.»

Agacés de le voir un peu partout dans les médias, certains macronistes lui ont trouvé un surnom peu reluisant: «le fou furieux». Dans les coulisses de l'Elysée, le professeur Raoult peut toutefois compter sur quelques rares supporters: «S'il avait les cheveux courts, des petites lunettes cerclées et une cravate, il n'aurait pas fait l'objet de cet ostracisme. Ils auraient dû tester son traitement plus tôt, au lieu de se pincer le nez comme des snobs de Parisiens!», s'agace un «habitué de l'Elysée».

«Un chercheur absolument génial»

Il faut dire que le professeur Raoult n'est pas n'importe qui: cet infectiologue de renom est membre attitré du Conseil scientifique créé sur le Covid-19 pour éclairer Emmanuel Macron, qui le prend très au sérieux. Le scientifique échange d'ailleurs régulièrement avec Olivier Véran, le ministre de la Santé. «C'est un scientifique controversé, qui nous expliquait il y a quelques semaines que l'on était fous de s'exciter sur le coronavirus, mais il est aussi reconnu comme un chercheur absolument génial», confie un ministre.

Le verdict des essais cliniques doit être connu dans deux à trois semaines, et le gouvernement français reste très vigilant: «Imaginez si on a 2000 à 3000 morts parce que ce médicament n'est pas supporté? Il y a un protocole clinique à respecter», martèle un proche de Macron. Un avis que le professeur Raoult ne semble pas partager: «Moi, comme n'importe quel docteur, à partir du moment où l'on a montré qu'un traitement était efficace, je trouve immoral de ne pas l'administrer. C'est aussi simple que ça», expliquait-il dans une interview accordée dimanche au «Parisien».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!