Actualisé

Lausanne (VD)Le chien policier aboie, les dealers ne passent pas

Yuna et Duke font partie des cinq éléments de la Brigade canine de la police municipale dévolus à la traque des stupéfiants. Reportage.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
Deux des chiens policiers de la Brigade canine de la police municipale de Lausanne. (Photo: J. Carlucci)

Deux des chiens policiers de la Brigade canine de la police municipale de Lausanne. (Photo: J. Carlucci)

La scène se passe dans un métro lausannois. Une chienne vient s'asseoir à côté d'un passager. Ce dernier, touché par ce qu'il considère comme étant une marque d'attention, trouve l'animal «chou». En réalité, Yuna vient de signaler à son maître-conducteur que le quidam a de la drogue sur lui. «Videz vos poches s'il vous plaît!», ordonne le sergent L. à l'individu.

De tous les chiens policiers, Yuna, 4 ans, est la seule en Suisse à être spécialisée dans la recherche passive de stupéfiants. Discret, peu démonstratif et presque craintif, ce berger hollandais à longs poils est néanmoins d'une redoutable efficacité. Sur les 650 g de produits stupéfiants trouvés cette année par les chiens de la police de Lausanne, 123 l'ont été par elle. Une quantité d'apparence modeste. «Les dealers utilisent souvent des sachets d'à peine 1 g», signale le porte-parole Jean-Philippe Pittet.

Sur le terrain, quand les choses se corsent, la peu belliqueuse Yuna bat en retraite. Tout au contraire de Duke, un berger âgé lui aussi de 4 ans, vigoureux, explosif et dissuasif. «Il y a quelques jours, lors d'une bagarre, il est intervenu avec moi pour tenir la foule à distance et protéger mes collègues», note l'appointé Y. Selon le policier, «il aime aussi débusquer la drogue que les dealers ont dissimulée dans les bosquets ou ailleurs». Entre les policiers et leurs chiens, la relation se poursuit du professionnel au privé. Perpétuelle comme la lutte contre les dealers.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!