Actualisé 14.03.2017 à 15:53

IndustrieLe chocolat se porte bien

L'an passé, l'industrie chocolatière a notamment bénéficié de la hausse des exportations.

Le chiffre d'affaires réalisé à l'étranger a porté sur un montant de 874 millions de francs. (Photo d'illustration)

Le chiffre d'affaires réalisé à l'étranger a porté sur un montant de 874 millions de francs. (Photo d'illustration)

Keystone

L'industrie chocolatière suisse a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 1% l'an dernier à 1,76 milliard de francs. Les volumes ont augmenté plus fortement ( 2,3%), grâce aux exportations. La consommation par tête est en baisse.

La quantité totale de chocolat helvétique vendu en Suisse et à l'étranger s'est ainsi établie à 185'639 tonnes, a indiqué mardi la Fédération de l'industrie chocolatière suisse (Chocosuisse). Les exportations, en hausse de 4,3% sur un an, en ont constitué la part du lion, avec un peu plus de 122'000 tonnes (soit une part de 65,7%).

Le chiffre d'affaires réalisé en Suisse a atteint 890 millions de francs (-1,5%). Les produits helvétiques subissent de plus en plus la concurrence des chocolats étrangers, en raison du franc fort qui rend les importations plus avantageuses. Les exportations ont pour leur part généré des ventes de 874 millions ( 3,7%).

Concernant les importations, les produits venant de l'étranger se sont arrogé l'an dernier plus de 40% de la valeur totale écoulée en Suisse. Il y a dix ans encore, cette part n'excédait pas 30%, explique Urs Furrer, directeur de Chocosuisse, contacté par l'ats.

Baisse vers l'Allemagne

Le chiffre d'affaires réalisé à l'étranger a porté sur un montant de 874 millions de francs, en progression de 3,7% en un an. Les deux plus grands marchés à l'exportation (avec respectivement 15% et 11,7%) ont connu des évolutions contradictoires, en baisse pour l'Allemagne et en augmentation pour le Royaume-Uni.

Derrière, le classement des cinq plus gros débouchés est complété par la France, le Canada et les Etats-Unis, tous trois en hausse. Chocosuisse met encore en exergue la forte croissance réalisée avec Israël, alors que l'Australie, la Chine, le Brésil et la Russie subissaient des contractions supérieures à 10%.

Consommation en recul

Les Suisses, en revanche, se sont montrés moins friands de chocolat en 2016. Les ventes totales sur le marché indigène ont reculé de 1,2%, relève l'organisation faîtière de la branche. Le détail montre une augmentation de 1,2% pour les produits semi-finis, mais une baisse de 1,8% pour les produits finis.

Du coup, la consommation annuelle par tête d'habitant a perdu 100 grammes pour se fixer à 11 kilogrammes, tout rond. La quantité est en recul constant depuis plusieurs années. A titre de comparaison, le Suisse moyen mangeait encore 12,4 kilos en 2009.

Sans doute une volonté du consommateur de davantage surveiller sa ligne.

Pas de quoi s'alarmer toutefois aux yeux d'Urs Furrer. «Sur une longue période, la quantité tend à se situer entre 10,5 et 12,5 kilos.»

Les tablettes de chocolat ont concentré près de la moitié (48,3%) des produits écoulés, devant les confiseries au chocolat (22,4%). Pour rappel, le secteur réunit en Suisse 18 entreprises, selon Chocosuisse. Le nombre d'employés dépassait 4500 à la fin de l'an dernier, répartis à parts égales entre femmes et hommes. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!