Marché du travail: Le chômage bondit à un taux record
Actualisé

Marché du travailLe chômage bondit à un taux record

Le chômage en Suisse a atteint en décembre dernier son taux le plus élevé depuis près de douze ans, soit mars 1998.

Le nombre de chômeurs a augmenté de 8790 pour s'établir à 172 740. Le taux de chômage a progressé de 0,2 point par rapport à novembre 2009 à 4,4%.

En l'espace d'un an, le nombre des chômeurs s'est accru de 45,5%, soit de 53 978 de plus qu'à fin décembre 2008, a indiqué vendredi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). A fin décembre dernier, le nombre des places vacantes a diminué de 2112 pour s'inscrire à 10 824.

L'effectif des demandeurs d'emploi (chômeurs auxquels s'ajoutent les gains intermédiaires et les personnes en formation) a lui augmenté de 8243 en décembre pour se fixer à 234 359. Ici, la hausse sur un an s'établit à 36,8%.

Le chômage des jeunes, soit la catégorie des 15-24 ans, a pour sa part progressé de 1,1% en décembre pour affecter 29 672 personnes. Sur un an, ce nombre s'est accru de 54%, soit davantage que la moyenne, ou de 10 049 chômeurs.

La palme est romande

Neuchâtel et Genève se partagent désormais le titre de cantons les plus touchés par le chômage en Suisse, avec un taux de 7,2%. Le canton de Neuchâtel a connu en décembre une très forte dégradation (+0,4 point), tandis que le canton du bout du lac était stable.

Avec cette évolution, Neuchâtel, canton industriel et très exportateur, confirme son statut de canton le plus touché par les effets de la crise économique sur le marché de l'emploi. Entre fin décembre 2008 et fin décembre 2009, son taux de chômage a grimpé de 3,3 points pour s'établir à 7,2% de la population active.

Genève a vu le sien progresser de 1,3 point seulement, selon les chiffres du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) diffusés vendredi. Ailleurs en Suisse romande, le canton du Jura a lui aussi connu un mauvais mois de décembre avec une hausse de 0,4 point du taux de chômage à 6,3% (2,5 points sur un an).

Le Valais a lui enregistré la progression la plus marquée en décembre, avec un bond du taux de chômage de 1,1 point à 5,9% (+1,2 point sur un an). Vaud et Fribourg ont pour leur part accusé une augmentation de 0,2 point chacun, à respectivement 5,9% (+1,6) et 3,8% (+0,8).

Vaud n'y échappe pas

Le chômage a poursuivi sa hausse en décembre dans le canton de Vaud, avec un taux de 5,9%. La progression est de 0,2 points, comme le mois précédent. Le marché du travail semble toutefois reprendre de la vigueur: les chômeurs ayant retrouvé un emploi sont plus nombreux qu'en décembre 2008.

Depuis le 1er décembre, les chômeurs vaudois ont droit à des indemnités de chômage pendant 520 jours au lieu de 400. Malgré ce fait, le chômage a moins progressé en décembre 2009 (&871 personnes) qu'en décembre 2008 (&1'060). Le nombre de chômeurs inscrits dans le canton de Vaud s'élève à 19'699, en hausse de 4,6% par rapport au mois précédent.

L'effectif des demandeurs d'emploi affiche quant à lui une hausse de 622 personnes (&2,5%) pour se fixer à 25'239. En comparaison annuelle, le nombre de chômeurs et de demandeurs d'emploi a crû respectivement de 37,7% et 29,3%.

Les jeunes de moins de 20 ans comptabilisent pour le 3e mois consécutif une baisse de l'effectif de chômeurs (-4,5%). A l'inverse, les plus fortes hausses ont été constatées chez les 50 à 59 ans (&6,5%) et les 40 à 49 ans (&6,2%). Quant aux chômeurs de longue durée (inscrits depuis plus d'un an), ils ont progressé de 9,3% par rapport au mois dernier. (ats)

Déficit de plus d'un milliard

Le fonds de compensation de l'assurance chômage a accusé un déficit de 1,43 milliard de francs l'an dernier, conséquence du bond de 45,5% du nombre de chômeurs. On s'achemine vers un relèvement des cotisations salariales pour combler la carence de financement.

Côté dépenses, le fonds a sorti en 2009 un montant de 7,61 milliards de francs, contre 5,09 milliards l'année précédente. Les recettes totales se sont élevées à 6,18 (5,71) milliards, dont 5,27 (5,0) milliards provenaient des seules cotisations, a indiqué vendredi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). /ats

Ton opinion