Syrie: Le CICR juge la situation catastrophique

Actualisé

SyrieLe CICR juge la situation catastrophique

L'organisation prévoit d'augmenter son aide, grâce à un meilleur accès. Sur place, le nombre de réfugiés ne cesse d'augmenter.

Après deux ans de conflit, la situation de la population en Syrie est catastrophique, a affirmé vendredi le directeur des opérations du CICR, Pierre Krähenbühl.

«La situation a atteint un point rien de moins que catastrophique. Il est nécessaire de renforcer la réponse humanitaire. Nous devons et pouvons étendre nos opérations», a déclaré à Genève le responsable du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), de retour d'une visite en Syrie.

Pierre Krähenbühl constate une amélioration dans l'accès aux victimes. Les délégués ont ainsi pu traverser cette semaine la ligne de front pour apporter de l'aide à al-Houla.

«Nous sommes en mesure d'accroître notre aide parce que nous avons un accès plus régulier, bien qu'imparfait», a-t-il affirmé. Il a expliqué cette évolution par une plus grande présence sur le terrain et une meilleure acceptation de l'assistance par les parties en conflit.

40'000 déplacés de plus

Le nombre de réfugiés ne cesse en effet de s'accroître. D'après le Programme alimentaire mondial (PAM), environ 40'000 personnes supplémentaires ont été déplacées ces derniers jours par les combats dans le nord-est de la Syrie. Elles fuient les combats, qui se poursuivent tant à Damas que près d'Alep.

Dans la capitale syrienne, les brigades rebelles occupent actuellement les quartiers du centre. A Alep, des combats intermittents se déroulaient entre armée syrienne et rebelles vendredi autour des aéroports. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), le régime veut à tout prix reprendre le contrôle des deux aéroports.

Aide sans distinction

Entre 2012 et 2013, le CICR a déjà doublé son budget à 53 millions de francs. Il prévoit d'augmenter le nombre de ses employés en Syrie, actuellement au nombre de 80 (à la fois expatriés et locaux), s'il est possible d'ouvrir des bureaux dans d'autres villes que Damas.

L'an dernier, le CICR et le Croissant-Rouge syrien ont fourni une assistance à 1,5 million de personnes. Le directeur des opérations du CICR a souligné que l'organisation continue à privilégier l'aide de l'intérieur de la Syrie, tout en n'excluant pas des opérations transfrontalières à partir des pays voisins.

«Mais ces opérations doivent être transparentes et basées sur des accords avec non seulement la Syrie, mais aussi les pays voisins», a expliqué M. Krähenbühl. Il a indiqué que l'aide de la Croix-Rouge parvient aux victimes sans distinction, y compris dans les zones rebelles, du fait même que les lignes de front bougent sans cesse.

Visites aux détenus

Lors de sa visite à Damas, Pierre Krähenbühl s'est entretenu avec le ministre syrien des Affaires étrangères d'un plan de visites des centres de détention, a-t-il dit par ailleurs. «J'ai demandé des actes concrets», a-t-il affirmé.

Depuis l'accord de principe donné par le président Bachar al-Assad au président du CICR Peter Maurer en septembre, aucun progrès n'a eu lieu sur ce dossier, a relevé M. Krähenbühl. Il a indiqué en même temps que le ministre syrien a réaffirmé l'engagement des autorités de donner accès au CICR aux prisonniers.

Les dernières visites de détenus ont eu lieu en mai 2012 dans les prisons centrales de Damas et Alep. «Nous allons continuer d'insister. Nous espérons pouvoir discuter d'une liste de centres de détention sans retard», a déclaré Pierre Krähenbühl.

Rôle de la Turquie

Par ailleurs, le ministère syrien des Affaires étrangères a dénoncé dans un message adressé à l'ONU le rôle «destructeur de la Turquie» dans la crise syrienne. Il accuse notamment son voisin d'abriter les «terroristes du réseau Al-Qaïda».

La coalition de l'opposition syrienne a de son côté répété que tout dialogue doit exclure le président Bachar al-Assad et les piliers de son régime.

Les Européens, eux, restent divisés sur la question d'une levée de l'embargo sur les armes à destination de la Syrie. Les ministres européens des Affaires étrangères en discuteront de nouveau lundi à Bruxelles. (ats)

Assad doit être exclu de tout dialogue, selon l'opposition syrienne

Tout dialogue en vue d'une solution au conflit en Syrie doit exclure le président Bachar al-Assad et les piliers de son régime. La Coalition de l'opposition syrienne l'a répété dans un communiqué publié vendredi au terme d'une réunion au Caire.

La Coalition s'était réunie jeudi pour discuter de la proposition de son chef, Ahmed Moaz al-Khatib, d'entamer des négociations avec des représentants du régime, une initiative qui avait suscité des critiques au sein de l'opposition.

«Bachar al-Assad et le commandement sécuritaire et militaire responsable des décisions qui ont mené le pays à la situation actuelle, ne font pas partie du processus politique ni d'aucune solution en Syrie», indique le communiqué.

«Ils doivent être punis pour ce qu'ils ont commis. Bachar al-Assad et les piliers de son régime ne peuvent en aucun cas représenter le peuple syrien», ajoute-t-il.

Ces conditions, souligne le texte, constituent, entre autres, le «cadre» pour toute solution politique à la guerre en Syrie qui a fait quelque 70'000 morts en près de deux ans selon un bilan de l'ONU.

Appel à la Russie

L'opposition a en outre appelé la Russie, principal soutien du régime Assad, et les Etats-Unis, qui appellent à son départ, à oeuvrer en vue de rendre cette solution possible. Elle a de nouveau appelé les pays qui la soutiennent à aider «par tous les moyens» la rébellion qui combat les troupes loyalistes.

Fin janvier, M. Khatib a affirmé qu'«en signe de bonne volonté», il était «prêt à des discussions directes avec des représentants du régime qui n'ont pas du sang sur les main», une initiative qui a été rejetée par le principal courant de sa Coalition. Damas avait répondu être prêt au dialogue mais sans «conditions préalables».

L'offre de M. Khatib avait reçu l'aval des Etats-Unis et de la Ligue arabe mais surtout des deux alliés de la Syrie, la Russie et l'Iran, avec qui le chef de l'opposition a récemment eu des contacts inédits.

Ton opinion