Actualisé 27.10.2009 à 06:18

Eglise de scientologieLe cinéaste canadien Paul Haggis claque la porte

Le réalisateur et scénariste canadien Paul Haggis a claqué lundi la porte de l'Eglise de Scientologie, dont il était membre depuis 35 ans, reprochant notamment à l'organisation son soutien aux opposants du mariage homosexuel en Californie (ouest des Etats-Unis).

Le cinéaste, oscarisé pour son film «Collision» (2004), a officialisé la rupture avec la Scientologie -- qui compte de nombreux membres à Hollywood, tels Tom Cruise ou John Travolta -- dans une lettre adressée au porte-parole de l'Eglise aux Etats-Unis, Tommy Davis, et publiée sur le blog d'un ex-scientologue.

Paul Haggis reproche notamment à l'organisation de ne pas avoir réagi lorsque sa branche à San Diego (sud de la Californie) a soutenu officiellement, l'an dernier, la Proposition 8, interdisant le mariage gay en Californie.

«Le refus de l'Eglise de dénoncer les actions de ces intolérants, hypocrites et homophobes est de la lâcheté. Je ne peux pas le dire autrement. Le silence vaut acceptation. Je ne peux l'accepter», écrit-il.

Le cinéaste, à qui l'on doit également les scénarios des films de Clint Eastwood «Million Dollar Baby» et «Lettre d'Iwo Jima», rappelle également que l'organisation l'avait obligé, lui et sa femme, à couper les liens pendant plus d'un an avec ses beaux-parents -- eux-mêmes ex-scientologues -- pour des faits qu'il juge «insignifiants».

Il évoque également les attaques publiques dont auraient été victimes plusieurs ex-scientologues qui s'en étaient pris à l'Eglise et à ses méthodes.

«Après cette lettre, je suis parfaitement conscient du fait que certains de mes amis pourraient décider de ne plus me fréquenter ou travailler avec moi», observe-t-il.

«Cependant, je suis finalement arrivé à la conclusion que je ne pouvais pas faire partie plus longtemps de ce groupe», déclare-t-il, avant d'ajouter: «j'ai juste honte d'avoir attendu tous ces mois avant d'agir».

Considéré comme une religion aux Etats-Unis, le mouvement fondé en 1954 par l'écrivain américain de science-fiction Ron Hubbard a été classé parmi les sectes en France, dans un rapport parlementaire de 1995. Il revendique 12 millions d'adeptes dans le monde. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!