Le cinéaste Jean-Claude Brisseau accusé de viols
Actualisé

Le cinéaste Jean-Claude Brisseau accusé de viols

Le parquet de Paris a ouvert samedi une information judiciaire contre le cinéaste Jean-Claude Brisseau pour «viols, agressions sexuelles et harcèlement sexuel par personne ayant autorité». Deux comédiennes ont porté plainte contre lui.

Le metteur en scène français de 63 ans a été entendu samedi en tant que témoin assisté et laissé en liberté, a indiqué à l'AFP son avocate Carole Foissy. Ce statut est à mi-chemin entre celui de simple témoin et du mis en examen (inculpé).

Un placement en détention provisoire est requis contre lui par le parquet, point qui devra être tranché par un juge des libertés. Le cinéaste risque la cour d'assises à l'issue de la procédure.

Problèmes cardiaques ?

Jean-Claude Brisseau a été transféré plusieurs fois pendant son séjour à la police aux urgences médico-judiciaires de l'Hôtel-Dieu en raison de supposés problèmes cardiaques.

Deux actrices pressenties pour un film du metteur en scène, puis écartées, ont déclaré avoir eu avec lui des rapports sexuels sous la contrainte. Elles ont déposé plainte en octobre. Le cinéaste a nié les faits durant sa garde à vue, parlant de relations sexuelles consenties.

Les faits allégués par les plaignantes se seraient déroulés ces deux dernières années, notamment pendant les préparatifs et le tournage du film «Les anges exterminateurs».

Ce film, sorti en septembre 2006, raconte une précédente affaire qui a valu à Jean-Claude Brisseau une condamnation le 15 décembre 2005 à un an de prison avec sursis et 15 000 euros d'amende pour harcèlement sexuel.

«Essais érotiques»

Il avait été reconnu coupable d'avoir demandé à deux candidates à un rôle dans ses films de tourner ce qu'il a appelé des «essais érotiques» entre 1999 et 2001. Ces derniers consistaient pour les jeunes femmes à se masturber dans des lieux privés ou publics ou à se livrer à des caresses sexuelles réciproques.

Les comédiennes n'avaient déposé plainte qu'après avoir appris qu'elles n'obtiendraient pas de rôle et le tribunal avait à l'époque écarté les accusations d'agressions sexuelles.

Le metteur en scène, dont l'oeuvre tourne autour de la sexualité féminine, bénéficie d'une réputation internationale depuis le film «Noces blanches», qui révéla Vanessa Paradis comme actrice en 1989. Le film «Choses secrètes», sorti en 2002, lui a valu un important succès critique. (ats)

Ton opinion