Crans-Montana (VS) - Le cirque, cet art de plus en plus prisé des jeunes créatifs
Publié

Crans-Montana (VS)Le cirque, cet art de plus en plus prisé des jeunes créatifs

Le cirque contemporain connaît un regain d’intérêt en Suisse. De plus en plus d’ados quittent le monde de la compétition afin de faire parler leur inventivité.

par
Fabrice Zwahlen

La 5e édition de Cirque au sommet à Crans-Montana se veut dans l’air du temps. Elle fera la part belle aux professionnels et à la relève.

Depuis ce mardi et jusqu’au 15 août, Crans-Montana se transforme en Mecque artistique. La station valaisanne accueille, pour la cinquième année, le festival Cirque au sommet. Le rendez-vous fait la part belle aux spectacles professionnels et à la relève, avec la mise sur pied d’un atelier découverte regroupant trente enfants ou ados de 5 à 15 ans,

«Dès notre 2e édition, il nous est apparu primordial de transmettre notre passion à des jeunes, afin qu’ils découvrent cet art et pourquoi pas, un jour, qu’ils puissent se retrouver sur scène, durant le festival», résume son directeur Greg Zavialoff.

Un trend qui se confirme

En Suisse, de plus en plus de jeunes sont attirés par le cirque contemporain et les utilisations d’objets tels des pans de tissu, des cordes ou un trampoline pour s’exprimer artistiquement. Majoritairement, ces jeunes sont issus d’un autre sport, notamment de la gymnastique. «Ils bifurquent, à la recherche d’une activité moins rigide, plus créative», estime Jean-Luc Barbezat, cofondateur du festival.

Alice Rodio et Danaé Morard: deux passionnées de cirque contemporain réunies à Crans-Montana.

Alice Rodio et Danaé Morard: deux passionnées de cirque contemporain réunies à Crans-Montana.

Entre 2010 et 2015, le nombre d’écoles de cirque a progressé de trente à septante. Depuis, le trend semble se confirmer, même si aucun recensement officiel récent n’existe. «Plus de 10’000 jeunes suivent annuellement des cours réguliers ou font des stages pendant les vacances», estime l’ancienne présidente de la Fédération suisse des écoles de cirque (2008-2017), Sarah Simili.

Reconnu par la Confédération

Ce travail de terrain est de plus en plus reconnu. «Un théâtre comme le Crochetan à Monthey programme désormais plusieurs spectacles de cirque, chaque année», confirme l’humoriste Jean-Luc Barbezat. En outre, la grande majorité des structures scolaires sport-art-études de Romandie accueillent désormais les jeunes adeptes du cirque.

Depuis 2021, le cirque est reconnu comme partie intégrante des arts de la scène par l’Office fédéral de la Culture, soit six après le canton du Valais, pionnier en la matière. De quoi obtenir des subventions publiques, ce qui n’était pas le cas auparavant. À l’inverse du cirque traditionnel où le divertissement et le spectaculaire priment, le cirque contemporain cherche, lui, à produire du sens en présentant une vision personnelle à chaque artiste.

Ton opinion