Actualisé 22.12.2019 à 13:20

RoamingLe client ne doit payer que ce qu'il a consommé

Berne veut mettre fin à la facturation en itinérance des frais de téléphonie qui désavantage le consommateur, écrit la NZZ am Sonntag.

Actuellement les opérateurs arrondissent la durée des appels à la minute suivante et le volume de données à une unité d'octets supérieure. Berne veut sonner le glas de cette pratique.

Actuellement les opérateurs arrondissent la durée des appels à la minute suivante et le volume de données à une unité d'octets supérieure. Berne veut sonner le glas de cette pratique.

Keystone

Le Conseil fédéral veut obliger à l'avenir les entreprises de télécommunication à facturer à la seconde près les appels vers ou depuis l'étranger.

Cela devrait mettre un terme à la pratique actuelle de facturation en itinérance, qui voit les utilisateurs de téléphones portables payer chaque année jusqu'à 120 millions de francs de trop, rapporte la NZZ am Sonntag.

Actuellement les opérateurs arrondissent la durée des appels téléphoniques à la minute suivante et le volume de données à une unité d'octets supérieure.

Les clients doivent déjà payer des tarifs de roaming élevés, ils ne devraient pas en plus devoir «payer pour des minutes et des volumes de données qu'ils n'ont pas consommés», estime la ministre de la communication Simonetta Sommaruga.

Selon les derniers chiffres disponibles, rien que l'année dernière, les entreprises de télécommunications ont facturé à leurs clients entre 22 et 32 % de minutes d'appel de plus que ce qu'ils ont réellement utilisé. Les factures se sont ainsi avérées près de 69 millions de francs plus élevées.

Les années précédentes, cette somme était encore plus haute, allant jusqu'à 120 millions. Selon le journal, les entreprises de télécommunication n'ont pas sauté de joie à l'annonce du Conseil fédéral. Pour les organisations de défense des consommateurs, cette décision, nécessaire, était en revanche plus qu'attendue.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!