Sondage: Le climat au centre des préoccupations des Suisses

Publié

SondageLe climat au centre des préoccupations des Suisses

Après la pandémie, c’est la pollution environnementale qui est au centre des soucis de la population de notre pays selon le «baromètre des préoccupations» de Credit Suisse.

Le changement climatique préoccupe les Suisses

Le changement climatique préoccupe les Suisses

DR

Avec 39%, la pollution environnementale, englobant le changement climatique et les catastrophes écologiques, est la nouvelle «préoccupation majeure» de la Suisse, selon le baromètre 2022 des préoccupations réalisé pour le compte de Credit Suisse (CS) et dévoilé mercredi. Cette thématique remplace la préoccupation liée au coronavirus et qui était en tête du classement en 2021 (40%) et en 2020 (51%). Avec désormais 13%, les craintes liées à la pandémie «sont devenues un problème quotidien», écrit CS.

Pour compléter le podium, les deuxième et troisième places sont occupées par l’AVS et la prévoyance vieillesse (37%) et par l’inquiétude quant à la capacité de notre pays à faire face à l’avenir en disposant de suffisamment d’énergie. Ce dernier thème est au coude à coude avec les relations avec l’Europe, l’inflation ainsi que la hausse des coûts de la santé. Concernant l’inflation, cette thématique est en hausse significative par rapport à 2021 avec une augmentation de 16%.

Un sentiment identitaire

Le sondage a porté également sur les éléments importants qui font qu’un Suisse est Suisse. «Au cours des quatre dernières années en particulier, un fossé s’est creusé entre le sentiment d’appartenance à la Suisse et l’appartenance au reste des entités géographiques. Aujourd’hui, seule une minorité se considère d’abord comme des citoyens du monde ou des citoyens européens» constate le sondage. Ce qui est apprécié avant tout en Suisse, c’est la sécurité et la stabilité, la démocratie et le système politique, la patrie et les traditions.

Et la Guerre en Ukraine dans tout ça?

«Après la pandémie de Covid-19, la guerre en Ukraine semble constituer la prochaine grande crise. Alors que la Suisse a fait preuve par le passé d’une grande résilience face à la montée de l’insécurité et de l’instabilité, la guerre semble avoir mis en mouvement encore plus de peurs que lors de la pandémie coronavirus» résume le baromètre de CS. Par ailleurs, aucune stratégie claire n’est encore perceptible sur la question européenne, mais les sondés refusent de plus en plus que la Suisse fasse cavalier seul. La sécurité doit plutôt être recherchée dans un rapprochement avec l’UE. Les Suissesses et les Suisses préféreraient négocier un nouvel accord-cadre. Aux yeux des sondés, la balle est clairement dans le camp du Conseil fédéral et de ses diplomates pour les prochaines étapes des négociations avec l’UE, et non à Bruxelles. L’électorat aimerait voir la politique adopter une approche plus offensive et est relativement confiant quant à l’image de la Suisse à l’étranger.

Les données du baromètre

(comm/jbm)

Ton opinion

12 commentaires