Le climat se réchauffe, une guêpe d'Asie prolifère
Actualisé

Le climat se réchauffe, une guêpe d'Asie prolifère

La guêpe de l'Himalaya a envahi la région cet été. Un effet dû au réchauffement climatique.

«Depuis cet été, on la voit presque autant que la guêpe traditionnelle. Personne ne sait comment elle est arrivée chez nous, mais elle s'est très bien adaptée», raconte Bernhard Merz, conservateur au Muséum d'histoire naturelle. La première guêpe de l'Himalaya a été aperçue dans le canton en 2003. Aujourd'hui, elle est très présente. Elle construit son nid en forme de petite urne sur le cadre d'un tableau, dans un tiroir, des chaussures, derrière un meuble. De nature solitaire, elle n'est pas agressive.

Le Festival médias Nord-Sud se consacre dès mercredi au réchauffement planétaire. La prolifération de la guêpe de l'Himalaya pourrait découler directement de ce phénomène. «Nous constatons une perturbation de l'environnement et de l'écosystème due au radoucissement du climat, explique Gottlieb Dändliker, inspecteur cantonal de la faune et de la flore. Il y a une progression des insectes du Sud. La mante religieuse est devenue très commune.»

Ces nouveaux venus sont difficiles à comptabiliser. «Certaines espèces sont peut-être là depuis longtemps, mais personne ne les a remarquées, regrette Bernhard Merz. J'ai récemment découvert une mouche de 2 mm à Bernex.» La guêpe de l'Himalaya est une des seules nouvelles espèces déclarées comme telles. On parle aussi du moustique tigre d'Afrique, qui pourrait transmettre la dengue. Pour l'heure, il n'a été vu qu'une fois au Tessin.

Sabrine Gilliéron

Ton opinion